Angola : le Directeur de l´Organisation mondiale de la santé lance une campagne de vaccination contre la poliomyélite

29 août 2003

Le nouveau Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Docteur LEE Jong-Wook, a entamé aujourd´hui une visite de deux jours en Angola au cours de laquelle il a pris part au lancement des journées nationales de vaccination contre la poliomyélite pendant lesquelles plus de 5 millions d'enfants de moins de cinq ans devraient être vaccinés contre cette maladie.

Pour sa première visite officielle depuis qu'il a pris ses fonctions de Directeur général de l´OMS le 21 juillet dernier, M. LEE a choisi l'Angola pour bien montrer sa volonté de travailler avec les pays confrontés à de très graves problèmes de santé, fort taux de paludisme, incidence croissante du VIH et systèmes de santé travaillant avec des ressources très limitées.

“ Ces campagnes nationales de vaccination [contre la poliomyélite] ont couvert l'ensemble du pays, sans exception, et prouvé qu'avec des bénévoles et des agents de santé opiniâtres, soutenus par la ferme volonté et l'engagement des autorités angolaises, les services de santé peuvent desservir toute la population du pays. C'est sur cette plate-forme qu'il faudra s'appuyer pour améliorer le niveau de santé des Angolais ”, a déclaré M. LEE.

Grâce au succès des campagnes de vaccination de 2002, où le vaccin antipoliomyélitique avait été administré à trois reprises à plus de 5 millions d'enfants, on n'a plus observé aucun cas de poliomyélite en Angola depuis septembre 2001, alors que ce pays avait enregistré la plus grande épidémie du continent africain en 1999, avec plus de 1 000 enfants paralysés.

En ce qui concerne la rougeole, maladie tuant plus d'un demi-million d'enfants chaque année, l´OMS a indiqué qu´elle était également mieux maîtrisée cette année grâce à une campagne nationale de “rattrapage” qui a couvert au printemps 7,3 millions d'enfants de moins de 15 ans. A ce jour, on a enregistré 200 cas suspects de rougeole en juin et juillet, contre 2 781 l'année dernière à la même période.

M. LEE a également rendu visite aux personnes vivant avec le VIH/SIDA à l'Hôpital Cajuero de Luanda, l'un des quelques centres du pays qui proposent le test de dépistage du VIH, un service de conseils et des soins. Les traitements antirétroviraux ne sont toutefois pas encore disponibles selon les rapports de l´OMS a précisé M. LEE qui a renouvelé son engagement à atteindre l'objectif "3 x 5", c´est à dire à faire en sorte que trois millions de personnes des pays les plus démunis aient accès d'ici 2005 aux médicaments antirétroviraux.

Depuis le cessez-le-feu du 4 avril 2002, l'OMS, le Fonds des Nations Unies pour l´enfance (UNICEF) et des organisations non gouvernementales ont aidé l´Angola à assurer un service de santé minimal comprenant la vaccination et des actions de lutte contre le VIH, le paludisme, la tuberculose, la trypanosomiase et d'autres maladies. L'Union Européenne, l'USAID, l'Italie, les Centres de lutte contre la maladie et le Japon font partie des partenaires de l´OMS qui ont fourni des services de soins de santé primaires aux centaines de milliers d'Angolais qui retournaient chez eux. L'OMS emploie actuellement 110 personnes en Angola dans 18 bureaux répartis dans tout le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.