Journée internationale des populations autochtones : Kofi Annan préoccupé par leur vulnérabilité

8 août 2003

A l´occasion de la célébration de la 9ème Journée internationale des populations autochtones, organisée aujourd´hui au Siège des Nations Unies, le Secrétaire général a salué la lutte que ces peuples mènent pour « préserver leurs cultures, protéger leurs terres et combattre la discrimination » tout se disant préoccupé par leur vulnérabilité. « Leurs systèmes de valeurs, leurs cultures, leurs langues et leurs modes de vie risquent de disparaître » et « leur existence même est en danger », a-t-il déclaré.

A l´occasion de la célébration de la 9ème Journée internationale des populations autochtones, organisée aujourd´hui au Siège des Nations Unies, le Secrétaire général a salué la lutte que ces peuples mènent pour « préserver leurs cultures, protéger leurs terres et combattre la discrimination » tout se disant préoccupé par leur vulnérabilité. « Leurs systèmes de valeurs, leurs cultures, leurs langues et leurs modes de vie risquent de disparaître » et « leur existence même est en danger », a-t-il déclaré.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan a rendu hommage aux populations autochtones qui « sans renoncer à leur identité, trouvent un juste équilibre entre leurs traditions ancestrales et la vie moderne, dans un monde en rapide mutation » lors de la Journée internationale des populations autochtones, célébrée exceptionnellement cette année par l´ONU le 8 août au lieu du 9 août.

« La richesse de l'humanité est sa diversité. Les populations autochtones font partie intégrante de la grande famille humaine. Elles ont toutes les raisons d´être fières de leur héritage particulier et nous avons beaucoup à apprendre d'elles. Les États et les peuples du monde entier ont tout intérêt à les protéger et à défendre leurs droits et leurs cultures », a déclaré Kofi Annan.

Les menaces dont sont l´objet les populations autochtones ont été récemment confirmées par un rapport du Haut Commissariat de l´ONU pour les réfugiés qui a notamment précisé que les 84 groupes autochtones de la Colombie avaient presque tous été déplacés et par une nouvelle étude du Programme de l´ONU pour le développement qui montre que les conditions de vie des Mapuche du Chili, le groupe autochtone le plus important du pays, sont en dessous de la moyenne nationale.

Depuis que le Groupe de travail sur les populations autochtones s´est réuni pour la première fois le 9 août 1982, de nombreux événements ont donné aux questions concernant les populations autochtones davantage de visibilité. Après l'Année internationale des populations autochtones en 1993, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la Décennie internationale des populations autochtones qui a commencé en 1995. La Commission des droits de l'homme travaille actuellement sur un projet de déclaration sur la protection des droits des populations autochtones et a nommé un rapporteur spécial chargé d´examiner la situation dans ce domaine.

Plus récemment, la création de l'Instance permanente sur les questions autochtones au sein du Département des affaires économiques et sociales de l´ONU a donné aux populations autochtones une place aux Nations Unies. Kofi Annan a estimé que ce mécanisme, qui vise à renforcer les partenariats entre les populations autochtones, les États Membres et les organismes des Nations Unies, doit permettre aux Etats Membres de l´ONU de faire du slogan de la Décennie, « Populations autochtones : partenariat dans l'action », une réalité en matière de développement économique et social, comme dans les domaines de l'environnement, de la santé, de l'éducation, de la culture et des droits de l'homme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.