Le groupe rebelle qui continue à assiéger Monrovia se disqualifie de tout rôle à la tête du Libéria, déclare Kofi Annan

28 juillet 2003

Les rebelles qui poursuivent le siège de Monrovia, la capitale du Libéria, se disqualifient pour la conduite des affaires du pays, a déclaré ce matin le Secrétaire général de l'ONU qui a demandé que le cessez-le-feu soit respecté.

S'adressant (en anglais) à des journalistes ce matin, Kofi Annan a désigné nommément le mouvement des Libériens unis pour la démocratie (LURD) en soulignant que leur comportement irresponsable à Monrovia où le siège qu'il mène, tue des milliers de Libériens innocents et rend toute aide humanitaire impossible, faisait qu'il se disqualifiait lui-même pour un rôle quel qu'il soit dans la vie libérienne.

« Je ne vois pas comment les gens pourront les accepter après les souffrances qu'ils leur ont infligées », a-t-il déclaré.

"Par leur comportement criminel, ils se disqualifient eux-mêmes de tout rôle dans la gestion future de leur pays", affirmait-il par ailleurs dans une déclaration communiquée par un porte-parole de l'ONU. Il y "rappelle que ceux qui poursuivent les combats au Libéria et qui utilisent des moyens entraînant des souffrances aussi vives dans la population civile, seront tenus individuellement responsables des crimes de guerre qu'ils commettent."

Dans le même texte, il exprime son indignation "face aux nombreuses pertes en vies humaines que les bombardements aveugles qui frappent Monrovia et sa périphérie continuent à faire parmi les civils" et "joint sa voix à celles de ceux qui demandent que toutes les parties concernées respectent l'accord de cessez-le-feu décidé à Accra."

image Retransmission de la déclaration de Kofi Annan aux journalistes*

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.