Bâtir sur l'espoir créé par la Feuille de route, plaide l'envoyé de l'ONU pour le Moyen-Orient

Bâtir sur l'espoir créé par la Feuille de route, plaide l'envoyé de l'ONU pour le Moyen-Orient

Intervention de Terje Roed-Larsen au Conseil de sécurité
Israéliens et Palestiniens travaillent désormais ensemble à tous les niveaux, a affirmé ce matin au Conseil de sécurité l'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient qui a plaidé pour que de nouvelles mesures créant la confiance soient prises rapidement de façon à ne pas laisser retomber la dynamique créée par l'adoption de la Feuille de route.

« Après 1 000 jours de violence et près de 3 500 morts, l'espoir commence à l'emporter », a déclaré ce matin devant le Conseil de sécurité Terje Roed-Larsen, le Coordonnateur de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient.

Décrivant les progrès effectués depuis l'adoption par les autorités palestiniennes et israéliennes du plan de paix, dénommé Feuille de route, élaboré par les Etats-Unis, la Fédération de Russie, l'ONU et l'Union européenne, le Coordonnateur de l'ONU a indiqué aux 15 membres du Conseil de sécurité réunis pour étudier la situation au Moyen-Orient, qu'Israéliens et Palestiniens se "rencontraient régulièrement et travaillaient ensemble à tous les niveaux."

Insistant sur la nécessité de tirer parti de la dynamique qui s'est instaurée, il a ajouté que "les deux côtés devaient prendre des mesures qui renforcent la confiance" et que "chacun devait montrer à l'autre que les avancées peuvent amener des bénéfices réels et tangibles."

La responsabilité de l'Autorité palestinienne est la sécurité, a indiqué M. Roed-Larsen qui a ajouté espérer que le cessez-le-feu décidé par les groupes palestiniens déboucherait sur le désarmement de tous les groupes armés « de telle sorte que seuls les services de sécurité soient armés. »

Il a estimé qu'Israël devait faire plus en matière de libération de prisonniers et d'allègement du sort quotidien des Palestiniens. "J'ai en tête quelques actions qui feraient beaucoup pour restaurer la confiance", a-t-il indiqué.

Le retrait des territoires occupés doit se poursuivre, a également déclaré le Coordonnateur. Il faut qu'Israël continue à s'abstenir de procéder à des assassinats ciblés, qu'il continue à démolir les installations de colons et à empêcher de nouvelles installations. Il faut tout particulièrement arrêter la construction du mur de séparation entre les deux territoires. « C'est un acte unilatéral non conforme à la Feuille de route dans la mesure où ce mur rend plus difficile la création d'un Etat palestinien continu et viable », a insisté Terje Roed-Larsen.

C'est du Premier ministre israélien Ariel Sharon que dépend largement la perception qu'ont les Palestiniens du processus de paix et l'intérêt qu'ils y trouveront, a-t-il indiqué.

image  Retransmission de la séance du Conseil* (vidéo)