Le Conseil en faveur d'un nouveau plan de retrait pour la Mission de l'ONU en Sierra Leone

Le Conseil en faveur d'un nouveau plan de retrait pour la Mission de l'ONU en Sierra Leone

L'ambassadeur Arias s'adresse à la presse
Le Conseil de sécurité de l'ONU est tombé d'accord aujourd'hui pour "répondre rapidement" à la proposition du Secrétaire général, Kofi Annan, concernant un nouveau plan de retrait en quatre étapes des forces militaires de la MINUSIL, la Mission de l'ONU en Sierra Leone.

S'adressant à la presse à la suite de consultations à huis clos du Conseil de sécurité ce matin, son Président, l'ambassadeur de l'Espagne, Inocencio F. Arias, a indiqué que les membres du Conseil étaient tombés d'accord pour répondre rapidement à la recommandation du Secrétaire général concernant la modification du rythme du retrait des troupes de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL).

Dans son dernier rapport sur la question, le Secrétaire général recommandait, compte tenu des évolutions de la sécurité dans le pays, d'adopter un rythme graduel de retrait qui s'achèverait en décembre 2004.

Des trois options proposées, le Conseil a opté pour celle du "statu quo modifié", recommandée par le Secrétaire général, a indiqué le Président Arias.

Le Conseil a également demandé aux Etats membres d'apporter ou d'accroître leur contribution au Tribunal spécial pour la Sierra Leone, a-t-il ajouté. Créée par un accord conclu entre l'ONU et la Sierra Leone, cette instance judiciaire basée à Freetown, a pour mandat de juger ceux qui portent « la plus grande responsabilité » dans les atrocités commises pendant la décennie de guerre civile dans le pays.

Le Président Arias a indiqué par ailleurs avoir informé le Conseil sur son entrevue avec le Représentant permanent de la République populaire démocratique de Corée. Selon le Représentant, la situation politique dans ce pays « se détériore », les Etats-Unis agissent à son égard de façon hostile notamment en l'incluant dans « l'Axe du mal », en redéployant deux divisions militaires américaines le long de la frontière qui sépare la Corée du Nord et la Corée du Sud et en augmentant leur aide militaire à la République de Corée. Il a recommandé la reprise des négociations entre les Etats-Unis et son pays, a indiqué M. Arias.

Le Président du Conseil a également indiqué que l'ambassadeur du Royaume Uni et l'ambassadeur des Etats-Unis avaient fait le point sur la situation en Iraq et les mesures prises pour accélérer le processus permettant aux Iraquiens de jouer un rôle plus actif dans l'administration de leur pays.

Répondant à une question, il a affirmé ne pas avoir d'informations sur l'envoi à l'ONU d'une délégation par le Conseil iraquien nouvellement investi.