Burundi : la Rapporteuse spéciale de l'ONU appelle à l'arrêt des combats et au respect des populations civiles

9 juillet 2003

Face à la recrudescence de la violence en particulier depuis que de nouveaux affrontements ont éclaté le 7 juillet dans la région de Bujumbura et dans la capitale, la Rapporteuse spéciale sur les droits de l'homme au Burundi lance un appel pressant à tous les belligérants pour qu'ils arrêtent immédiatement les combats et respectent les droits de la population civile.

"L'ampleur des violations des droits de l'homme résultant du conflit est telle qu'il est impératif et urgent que la guerre prenne fin", affirme la Rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l'homme au Burundi, Marie-Thérèse Keita Bocoum qui appelle à respecter le droit à la vie, à la sécurité et à l'intégrité physique de la population civile.

Invitant tous les belligérants à prendre en considération les souffrances de la population, Mme Keita Bocoum les exhorte à arrêter immédiatement les combats et à privilégier la voie de la négociation, "seule issue possible du conflit", indique un communiqué rendu public aujourd'hui.

La Rapporteuse spéciale demande également à la communauté internationale de tout mettre en oeuvre pour amener les groupes armés et le gouvernement à reprendre les négociations "en vue d'un cessez-le-feu efficace et durable, accordant une place importante au respect des droits de l'homme".

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.