Trois sites retirés par l'UNESCO de la liste du patrimoine mondial en péril

2 juillet 2003

La Réserve naturelle de Srébarna en Bulgarie, de Yellowstone aux Etats-Unis et la Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor en Serbie et Monténégro ont été retirées aujourd'hui de la Liste du patrimoine mondial en péril par le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO, l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture.

La Réserve naturelle de Srébarna (Bulgarie) a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1992, en raison de la réduction des entrées d'eau dans le site et de la destruction progressive de l'habitat des populations d'oiseaux. Les efforts déployés par la Bulgarie, notamment pour approvisionner le site en eau du Danube et stopper les activités susceptibles de porter atteinte au lac, ont fondé la décision du Comité, indique un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) publié aujourd'hui.

Premier parc national créé dans le monde, en 1872, Yellowstone aux Etats-Unis a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1995, en raison notamment des craintes suscitées par un projet d'exploitation minière à proximité et des menaces sur la population de bisons.

Le projet d'exploitation minière ayant été abandonné et des progrès accomplis dans le traitement de toutes les principales questions qui avaient entraîné son classement, le Comité a décidé de retirer le site de la liste, tout en invitant les Etats-Unis à continuer à l'informer des mesures prises et des progrès accomplis.

La Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor, en Serbie et Monténégro, un important centre de commerce et d'art au Moyen Âge, a été inscrite simultanément sur la Liste du patrimoine mondial et sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1979. Cette même année, un grand nombre de monuments, dont quatre églises romanes et les remparts de la ville de ce port naturel monténégrin sur la côte Adriatique avait été gravement endommagé par un tremblement de terre.

Les monuments et édifices historiques les plus précieux ayant été réparés selon les techniques de conservation appropriées, le Comité du patrimoine a décidé de retirer le site, qui a bénéficié d'une aide soutenue de l'UNESCO, de la Liste du patrimoine mondial en péril mais a cependant exprimé son inquiétude sur les risques que l'urbanisation incontrôlée faisait peser sur le site.

D'ici la fin de ses travaux, le Comité du patrimoine mondial, réuni depuis le 30 juin au siège de l'Organisation, sous la présidence de Vera Lacoeuilhe (Sainte-Lucie), pourrait inscrire de nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.