Entrée en vigueur aujourd'hui de la Convention internationale sur les droits des travailleurs migrants

Entrée en vigueur aujourd'hui de la Convention internationale sur les droits des travailleurs migrants

Au-delà de l'avancée qu'elle représente en matière de coopération internationale sur la migration, l'entrée en vigueur, aujourd'hui, de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants constitue une percée dans la lutte pour la protection internationale des droits de l'homme, a déclaré Kofi Annan tandis que l'agence de l'ONU pour les migrations saluait également cette entrée en vigueur.

« Les travailleurs migrants ne sont pas simplement des unités de travail. Ce sont des êtres humains qui ont droit au respect de leurs droits fondamentaux, et ce postulat est la pierre angulaire de la Convention », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, dans son message rendu public à l'occasion de l'entrée en vigueur de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles.

« La Convention est la déclaration des droits de l'homme pour les travailleurs migrants et leurs familles », a ajouté Kofi Annan qui a souligné que cette entrée en vigueur était le résultat de campagnes intenses dans lesquelles les institutions des Nations Unies se sont jointes à d'autres organisations internationales, aux ONG et aux syndicats pour encourager les Etats à ratifier la Convention. »

Faisant remarquer qu'un petit nombre de travailleurs migrants seulement était protégé par la Convention jusqu'à ce jour, puisque 22 pays seulement l'ont ratifiée, il a encouragé les dix autres pays qui l'ont signée à la ratifier dès que possible et tous les autres pays à devenir parties à cet instrument important.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a également salué cette entrée en vigueur, son Directeur général, Brunson McKinley, a déclaré à ce propos que « la migration était un phénomène dynamique dans lequel intervenait un grand nombre d'acteurs et que tous les pays avaient un intérêt à mettre en place des approches globales de la gestion des migrations. »

Selon le rapport de l'OIM intitulé Etat de la migration dans le monde - 2003, 175 millions de personnes soit environ 3% de la population mondiale, se trouveraient aujourd'hui hors de leur pays de naissance.