Libéria : Kofi Annan appelle à l'arrêt des combats qui ont repris à Monrovia

25 juin 2003

Alors que les affrontements ont repris dans la capitale libérienne de Monrovia, un peu plus d'une semaine après la signature d'un cessez-feu entre le Gouvernement du Libéria et les deux principaux groupes rebelles, le Secrétaire général de l'ONU appelle aujourd'hui à l'arrêt des hostilités.

« Cette évolution constitue une violation flagrante de l'accord de cessez-le-feu conclu récemment et jette une ombre sur les discussions de paix facilitées par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui ont fait naître de réels espoirs en un règlement pacifique du conflit », indique le porte-parole de Kofi Annan dans un communiqué rendu public aujourd'hui.

« Le Secrétaire général condamne une nouvelle fois toute tentative de régler les différends politiques par la violence armée, poursuit la déclaration. Il appelle toutes les parties à cesser immédiatement les hostilités de façon à donner une chance aux négociations de paix » et à permettre de venir en aide à « la population traumatisée du Libéria. »

Les agences de l'ONU présentes à Monrovia signalent de leur côté des tirs intenses et des bombardements qui frappent le centre de la capitale, un mortier étant tombé à 60 mètres des locaux où se trouve une équipe de l'ONU.

Des milliers de personnes déplacées, confrontées aux agressions et aux persécutions, ont fui l'Ouest de Monrovia pour se réfugier dans le centre. Un grand nombre d'entre elles ont été volées et violées et leurs camps ont été pillés. Des organisations non gouvernementales ont également signalé une augmentation des cas de choléra qui aurait été notamment observée parmi les 70 000 personnes réfugiées dans le stade.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.