L'Iran n'a pas signalé certaines activités et matières nucléaires, indique l'AIEA

16 juin 2003
Mohamed ElBaradei, directeur de l'AIEA

L'Iran n'a pas signalé certaines de ses activités et matières nucléaires mais des actions correctives sont en cours, a déclaré ce matin à Vienne, le directeur de l'agence de l'ONU pour l'énergie nucléaire qui a exhorté par ailleurs les autorités de Téhéran à adhérer à un protocole additionnel et à fournir ainsi "des assurances crédibles" sur la nature pacifique de ses activités nucléaires.

Le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed El Baradei, a indiqué (en anglais) ce matin, lors de la présentation du rapport 2002 au Conseil des gouverneurs de l'agence, que l'Iran avait omis de signaler certaines activités et matières nucléaires et que "des actions correctives étaient prises en coopération avec les autorités iraniennes."

L'agence travaille encore à établir que la déclaration de l'Iran est "exacte et complète de façon à s'assurer que toutes les matières nucléaires en Iran ont été déclarées et sont placées sous garanties", indique le rapport.

"Nous allons continuer nos efforts pour comprendre tous les aspects du programme iranien", a déclaré M. El Baradei, ajoutant qu'il continuait à exhorter l'Iran, comme tous les Etats ayant des programmes nucléaires significatifs, à conclure un protocole additionnel et à l'appliquer, de façon à mieux permettre à l'agence de "fournir des assurances crédibles sur la nature pacifique de ses activités nucléaires."

La signature de protocoles additionnels, destinés à compléter l'accord de garanties généralisées du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), permet à l'AIEA d'effectuer des vérifications approfondies visant à s'assurer que les matières et installations nucléaires ne sont pas détournées de leur objet déclaré. A l'heure actuelle, 39 pays ont mis en oeuvre de tels protocoles.

"Je continue également à demander à l'Iran de nous permettre de prélever des échantillons environnementaux, là où des allégations concernant des activités d'enrichissement (de l'uranium) existent", a ajouté M. El Baradei.

"C'est clairement l'intérêt à la fois de l'agence et de l'Iran", a-t-il fait valoir.

A propos de l'Iraq, le directeur de l'AIEA a rappelé que l'agence avait dû retirer ses inspecteurs du pays avant d'avoir pu achever le mandat qui lui avait été confié par le Conseil de sécurité, de vérifier la présence ou l'absence de activités nucléaires prohibées.

"Les puissances d'occupation indiquent à ce jour qu'elles assument cette fonction elles même", a déclaré M. El Baradei, qui a précisé : "Notre mandat est toujours valide. Toutefois le Conseil de sécurité, dans sa résolution 1483, a souligné son intention de le réexaminer."

"Pour l'instant, nous maintenons la capacité du Bureau de vérification nucléaire en Iraq de l'agence", a-t-il précisé.

Il a également indiqué que les inspecteurs de l'Agence qui se trouvaient actuellement en Iraq, avaient pour seule mission de procéder à l'inventaire des matières nucléaires stockées dans le complexe d'Al Tuwaitha et de vérifier qu'elles satisfont aux garanties prévues par le TNP.

« Les puissances occupantes ont informé l'agence qu'elles prenaient la responsabilité de la sécurité nucléaire et en matière de radiation en Iraq », a-t-il déclaré, ajoutant que dès que l'inspection est achevée, il transmettra ses conclusions aux puissances occupantes en tant qu'Autorité en Iraq et tiendra le Conseil des gouverneurs de l'agence informé.

M. El Baradei a rappelé par ailleurs que l'AIEA n'ayant pas eu d'activités au titre des garanties du TNP en Corée du Nord depuis décembre dernier, ne pouvait fournir aucune assurance sur le non-détournement de matières nucléaires au profit d'armements ou de dispositifs explosifs dans le pays.

Il a également fait le point sur l'aide apportée par l'agence aux pays soucieux de renforcer leurs systèmes de protection contre le terrorisme nucléaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.