L'Envoyée de l'ONU pour les secours d'urgence arrive en Erythrée où s'aggravent les effets de 4 ans de sécheresse

10 juin 2003

Une des principales responsables de l'ONU en matière de secours d'urgence est arrivée aujourd'hui en Erythrée où, après 4 ans de sécheresse, un enfant sur cinq ne mange plus à sa faim.

La Coordonnatrice adjointe de l'ONU pour les secours d'urgence, Carolyn McAskie, est arrivée à Asmara, la capitale érythréenne, aujourd'hui, dans l'intention de stimuler les dons à l'appel consolidé de 2003 pour l'Erythrée, après que le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU est fait état d'une augmentation alarmante du taux de malnutrition infantile qui se situe désormais à 21,7% et peut atteindre 30% dans certaines régions.

Alors que la sécheresse s'aggrave en raison de pluies de printemps insuffisantes, les agences humanitaires de l'ONU n'ont reçu que 47% des 157 millions de dollars nécessaires pour venir en aide à 1,4 millions d'Erythréens sur une population totale de 3,4 millions de personnes.

Les conséquences de ce financement insuffisant se font déjà sentir. Le PAM a dû réduire de moitié ses rations alimentaires et est obligé de se limiter à des actions à court terme. Par ailleurs, la réduction des opérations de distribution d'eau signifie que les enfants qui sont traditionnellement chargés d'aller chercher l'eau, sont soumis à des contraintes supplémentaires qui se traduisent par des déperditions caloriques alors qu'ils sont déjà affaiblis par la malnutrition.

L'ONU va toutefois mettre en place, dans les trois mois, un système d'acheminement d'eau par camions citernes destiné à répondre aux besoins les plus criants. L'alimentation thérapeutique de 5 000 enfants de moins de cinq ans va également être organisée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.