Iraq : outre 66 cas de choléra confirmés à Bassora, la typhoïde et dysenterie ont fait leur apparition, prévient l'UNICEF

Iraq : outre 66 cas de choléra confirmés à Bassora, la typhoïde et dysenterie ont fait leur apparition, prévient l'UNICEF

media:entermedia_image:fa053a1a-8178-499e-be29-6c871767291b
Tandis que la sécurité s'améliore en Iraq et que certains réseaux d'alimentation en eau et en électricité sont rétablis, l'Agence de l'ONU pour l'enfance signale 66 cas confirmés de choléra à Bassora, l'apparition de la dysenterie et de la typhoïde à Bagdad et un taux de maladies diarrhéiques en augmentation nette par rapport à l'année dernière.

« La diarrhée, qui peut sembler banale, en Iraq tue » a déclaré le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) à Bagdad qui a indiqué qu'elle était la cause, avec les infections respiratoires, de 70% de la mortalité infantile avant la guerre et qu'elle avait beaucoup progressé cette année par rapport à l'année dernière.

Parmi les plus létales des maladies qui lui sont associées, figure le choléra. Sur les 66 cas confirmés à ce jour à Bassora, 79% sont des enfants et 59% des filles. Des cas de choléra ont également été diagnostiqués à Nassiriya et Missan mais doivent encore être confirmés par des analyses. Le porte-parole de l'UNICEF a également indiqué que des cas de dysenterie et de typhoïde étaient signalés à Bagdad.

L'agence a fourni aux hôpitaux iraquiens des fluides biologiques IV et des sels de réhydratation ainsi que de l'ampicilline aux hôpitaux de Bagdad pour traiter 1000 enfants atteints de typhoïde et suffisamment de médicaments pour soigner 50 000 patients à Al-Ramadi dans le gouvernorat d'Anbar.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique par ailleurs que la sécurité s'améliore avec une présence accrue de la police dans les rues de Bagdad qui s'est traduite par une diminution des embouteillages et la saisie d'une quantité importante d'armes et d'explosifs à Al-Fallujah suivie de l'arrestation de plusieurs personnes.

L'alimentation en eau à Bagdad est revenue à 50-70% de ce qu'elle était avant la guerre et la fourniture d'électricité couvre 50 à 60% des besoins estimés, a déclaré la porte-parole d'OCHA qui a également indiqué qu'un groupe de travail interdisciplinaire pour les personnes déplacées dans le secteur de Bagdad avait identifié les sites qui feraient l'objet d'interventions pilotes, notamment la prison Khan Bani Sa'ad où près de 160 familles se sont installées et que l'Autorité prévoit d'évacuer pour rendre le bâtiment à sa destination première.

La distribution de rations de vivres par le Programme alimentaire mondial (PAM), pour la première fois depuis la guerre sur l'ensemble du territoire, se poursuit sans problèmes majeurs. Selon le Directeur exécutif adjoint du PAM, Jean-Jacques Graisse, les trois grands objectifs pour le reste de l'année sont d'organiser le transport des vivres en provenance des donateurs et du Programme « pétrole contre nourriture » jusqu'aux silos et hangars gouvernementaux, de distribuer 480 000 tonnes de nourriture chaque mois pendant cinq mois et d'achever l'identification des groupes les plus vulnérables.