Arrivée en Côte d'Ivoire d'une nouvelle vague de réfugiés fuyant le Libéria, indique le HCR

3 juin 2003

L'Agence de l'ONU pour les réfugiés essaie de faire face à la situation créée par les vagues successives de milliers de réfugiés, qui, fuyant les conflits au Libéria, ne cessent d'arriver dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire déjà éprouvé par les conflits récents.

Une nouvelle vague de plus de 2 000 réfugiés, pour la plupart des femmes et des enfants, est arrivée à Tabou dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire, au cours des deux derniers jours, après avoir traversé à la rame les flots tumultueux de la rivière Cavaly. Terrifiés, ils ont raconté avoir fui les combats, "tellement violents que la terre tremblait", qui opposent les forces gouvernementales libériennes et les rebelles en lutte pour le contrôle du Sud du Libéria.

"La course contre la montre est commencée. Nous redoutons l'apparition de diarrhées chez ces nouveaux arrivants en mauvaise santé" et soumis aux intempéries de la saison des pluies, indique le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Abidjan.

Ces arrivées successives de réfugiés posent de sérieux problèmes au village de Tabou dont les 12 000 habitants ont vu arriver 15 000 réfugiés en moins de 15 jours alors qu'ils ne disposent que d'une heure d'électricité par jour et manquent d'eau potable.

Le HCR aide à la fois les réfugiés en leur fournissant notamment du matériel leur permettant de s'abriter mais aussi les collectivités acceptant de les accueillir. L'agence a réouvert un centre de transit prévu pour 700 personnes et qui en abrite désormais 2 500 et essaie d'identifier d'autres villages d'accueil pour les Libériens fuyant les combats.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.