La sécurité reste le problème principal en Iraq, selon les agences de l'ONU

La sécurité reste le problème principal en Iraq, selon les agences de l'ONU

"Si vous me demandez quelles sont mes trois priorités, je vous répondrai la sécurité, la sécurité, la sécurité", a déclaré aujourd'hui le porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) exprimant une opinion partagée par les autres agences de l'ONU en Iraq.

Le Directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris, le premier des chefs d'agences de l'ONU à se rendre en Iraq, a également désigné la sécurité comme le problème numéro 1, celui qui affectait le plus les activités de l'Agence en Iraq.

M. Morris, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Bagdad, a indiqué qu'il prévoyait que le système de distribution de nourriture serait totalement opérationnel le 1er juin au plus tard. Pendant la journée passée à Bagdad, le directeur du PAM a rencontré des représentants du ministère du Commerce ainsi que des responsables américains rattachés au Bureau des affaires humanitaires et de la reconstruction.

Insistant sur le risque potentiel d'apparition de maladies en particulier de maladies transmises par l'eau, le représentant de l'OMS en Iraq, a par ailleurs attiré l'attention sur l'effondrement de tous les programmes de santé, des contrôles, de l'éducation à la santé et de tous les aspects de la santé publique qui jouent un rôle essentiel dans la prévention des maladies et les progrès de la santé.

Dans le Sud de l'Iraq, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) envoie désormais chaque jour environ 67 citernes d'eau, soit 2 millions de litres par jour, à partir du Koweït. Les équipes de l'UNICEF travaillent également à réparer le réseau d'alimentation en eau endommagé par la guerre et par les pilleurs.

L'ONU a, par ailleurs, reçu l'appui du Service de secours suédois qui lui a fourni des tentes et des équipements pour lui permettre d'accroître sa présence à Bagdad.