SRAS : l'OMS dément les rumeurs sur une minimisation de la situation à Shanghai

28 avril 2003

Les experts de l'agence de l'ONU pour la santé, en mission à Shanghai depuis lundi dernier, démentent les rumeurs selon lesquelles le nombre de cas de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) aurait été minoré dans cette ville.

L'équipe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), présente depuis une semaine à Shanghai sur invitation des autorités de la ville, a étudié le système de surveillance et de compilation des cas. Elle a également visité 10 établissements médicaux et trois Centres de contrôle des maladies.

Dans un rapport préliminaire rendu public il y a deux jours, les experts indiquent qu'ils ont pu accéder aux données, aux registres et aux sites comme ils le souhaitaient et dans de très brefs délais. Ils font également état d'une bonne capacité de réaction aux situations d'urgence et précisent que l'enregistrement des cas leur semble honnête et exact.

De nombreuses questions restent en suspens, cependant, en ce qui concerne les raisons pour lesquelles Shanghai aurait été épargnée par une flambée épidémique de l'ampleur de celle observée à Beijing, ont souligné les experts. Ils disent ne pas être certains que, si cela avait été le cas, les systèmes mis en place auraient été suffisants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.