Les agences humanitaires de l'ONU rétablissent de plus en plus leur présence en Iraq

Les agences humanitaires de l'ONU rétablissent de plus en plus leur présence en Iraq

media:entermedia_image:21f2dee8-421e-49e9-9c81-33baf49c4c58
Les agences humanitaires de l'ONU ont annoncé l'arrivée aujourd'hui de personnel international supplémentaire en Iraq. Le rétablissement, après une interruption de plus d'un mois, d'une chaîne humanitaire va permettre d'augmenter l'acheminement de convois même si l'insécurité règne toujours à Bagdad.

"Le rétablissement d'une présence permanente en Iraq du personnel international de l'ONU va continuer de s'accroître et s'étendre au nord, au sud et au centre du pays dans les jours et les semaines à venir", a expliqué aujourd'hui un porte-parole du Coordonnateur de l'ONU pour les activités humanitaires en Iraq.

Il a encore précisé que le personnel local à Bagdad avait signalé une apparente diminution du pillage même si le manque de sécurité restait préoccupant. "Beaucoup d'habitants sont armés et, dans la journée, on entend des fusillades dans plusieurs quartiers de la capitale", a-t-il ajouté.

Selon le porte-parole, sur les 27 hôpitaux endommagés par les bombardements ou le pillage, 20 sont surveillés par des milices civiles et sept par les forces d'occupation. Ces hôpitaux ont des réserves de fournitures médicales et de nourriture pour les quelques semaines à venir mais aucun d'entre eux ne peux stocker de de produits frais.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a aussi fait état de l'insécurité qui règne à Bagdad et cité l'exemple de l'hôpital Al-Chawadir où des échauffourées entre membres de la milice civile ont obligé les médecins à quitter leurs postes, laissant seules quelques infirmières pour s'occuper d'un grand nombre de malades.

Pour sa part, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a précisé que les ressources financières des hôpitaux étaient en train de s'épuiser rapidement. Il n'y a presque plus d'argent pour payer le personnel, les services de maintenance, la nourriture et autres services essentiels. Selon le porte-parole, le personnel entièrement bénévole n'a même plus les moyens de payer le taxi ou le bus pour se rendre à l'hôpital.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé qu'il enverrait désormais presque quotidiennement des convois à Bagdad, au départ de la Jordanie. "Il nous faut constituer de larges réserves dans la capitale, ainsi que dans d'autres grandes villes, en vue de la distribution de nourriture prévue le mois prochain", a expliqué le porte-parole.