Quelques lueurs d'espoir sur fond de catastrophe humanitaire à Bagdad, selon les agences de l'ONU

17 avril 2003
Convoi humanitaire du PAM

Tandis que les agences de l'ONU continuent d'acheminer des secours en Iraq, les agences de l'ONU décrivent une situation "épouvantable" dans la capitale, ponctuée malgré tout de lueurs d'espoir.

Tandis que les agences de l'ONU continuent d'apporter une aide humanitaire de survie en Iraq, le personnel de l'ONU décrit une situation épouvantable dans la capitale, ponctuée malgré tout de lueurs d'espoir.

Selon le représentant local du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) à Bagdad, la situation dans la capitale irakienne est "épouvantable". "Les services municipaux et de voirie ne sont plus assurés et il n'y a donc pas de ramassage de poubelles; les ordures qui s'empilent dans la ville et les déchets médicaux entassés à l'extérieur des hôpitaux augmentent les risques de maladies. L'UNICEF envisage de louer des camions et d'embaucher du personnel pour ramasser les déchets dans les quartiers les plus touchés", a précisé un porte-parole.

En ce qui concerne les hôpitaux, "ce dont ils ont le plus besoin, c'est d'eau, d'électricité et d'oxygène liquide, sans lequel les opérations chirurgicales sont impossibles", a-t-il ajouté. "Deux hôpitaux n'ont plus aujourd'hui qu'une journée de stock. Il leur faudrait également des ventilateurs pour les services de soins intensifs, des perfusions, des antibiotiques injectables et des produits anesthésiques. L'UNICEF devrait envoyer un stock de produits d'anesthésie dans quelques jours par camion réfrigéré depuis la Jordanie".

Dans ce contexte qu'il qualifie de "catastrophique", le porte-parole de l'agence voit quand même quelques raisons d'espérer. "Des équipes de de maintenance embauchées par l'UNICEF avant la guerre, ont continué à travailler malgré les bombes, le pillage et le chaos", a-t-il expliqué. "Ils ont parcouru la ville pour réparer des générateurs et ont même rétabli un minimum d'électricité dans des hôpitaux. Leur courage et leur dévouement sont admirables."

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé aujourd'hui qu'un convoi de 50 camions transportant 1 400 tonnes de farine de blé avait traversé la frontière jordanienne, tôt ce matin et devait arriver à Bagdad plus tard dans la journée ou demain.

"Cela fait bientôt deux semaines que le PAM expédie de l'aide alimentaire dans le nord de l'Iraq, au départ de la Turquie mais le port d'Aqaba en Jordanie devrait lui aussi devenir une plaque tournante pour l'acheminement de l'aide alimentaire à destination du centre et du sud de l'Iraq", a signalé le porte-parole.

"Le PAM multiplie ses efforts car la plupart de la population va commencer à manquer de vivres d'ici deux semaines", a précisé aujourd'hui le Directeur de l'agence dans un communiqué. Le PAM s'attend à ce que la majorité de la population, qui s'élève à environ 27 millions d'habitants, ait épuisé ses réserves début mai.

"Notre but est de faire en sorte que la population iraquienne, dont 60 % dépend entièrement des distributions mensuelles de nourriture, dispose à nouveau de ces rations à partir du mois de mai," a ajouté le Directeur.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a, elle aussi, fait état de l'insécurité qui règne à Bagdad, précisant que le principal entrepôt du ministère de la santé où étaient entreposés des médicaments et des fournitures médicales d'une valeur de plusieurs millions de dollars, avait été pillé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.