Iraq: les risques d'épidémies restent élevés, avertissent les agences de l'ONU

Iraq: les risques d'épidémies restent élevés, avertissent les agences de l'ONU

media:entermedia_image:6960566c-056e-46f4-8617-ca3796584ce1
Alors que les risques d'épidémies restent élevés en Iraq, les agences humanitaires de l'ONU continuent de préparer leur retour et font état d'une certaine amélioration dans l'acheminement d'eau et de médicaments.

Une équipe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), chargée d'évaluer la situation dans le nord et dans le sud de l'Iraq, fait état de graves perturbations dans le fonctionnement des services de santé, l'insécurité empêchant notamment le personnel et les patients de se rendre dans les hôpitaux. "Le risque d'épidémies diarrhéiques, en raison principalement du manque d'eau et de la chaleur, reste très élevé", a signalé aujourd'hui la porte-parole de l'OMS.

Le Fonds de l'ONU pour l'enfance (UNICEF) a déclaré pour sa part que les distributions de médicaments et de fournitures médicales avaient eu lieu dans les hôpitaux de Az Zubair, au sud du pays.

Par ailleurs, depuis une dizaine de jours, l'UNICEF achemine de l'eau en Iraq. "Il y a deux jours les habitants d'Oum Qasr ont décidé de protéger les citernes en construisant une clôture de protection", a précisé aujourd'hui le porte-parole de l'UNICEF.

"Si ce genre d'initiative était prise ailleurs en Iraq, cela permettrait d'accélérer la distribution d'eau à ceux dans le besoin", a ajouté le porte-parole.

Un porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM) a signalé de son côté que l'Agence continuait à préparer son retour en Iraq et que le chargement de ses camions se poursuivait en Iran, en Jordanie et en Turquie, dans l'espoir que la distribution des vivres pourrait commencer avant la fin du mois.