L'UNESCO lance un nouvel appel à la protection du patrimoine iraquien

L'UNESCO lance un nouvel appel à la protection du patrimoine iraquien

media:entermedia_image:ff92dd42-6a8a-44c2-853d-008c84282a25
Après les pillages de trésors culturels à Baghdad, Mossoul et Tikrit, l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a appelé à nouveau, aujourd'hui, à protéger le patrimoine iraquien du pillage généralisé des musées et des bibliothèques. Elle s'apprête également à envoyer en Iraq une mission d'évaluation des besoins les plus pressants.

Après les pillages de trésors culturels à Baghdad, Mossoul et Tikrit, l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a appelé à nouveau, aujourd'hui, à protéger le patrimoine iraquien du pillage généralisé des musées et des bibliothèques. Elle s'apprête également à envoyer en Iraq une mission d'évaluation des besoins les plus pressants.

"Les bibliothèques sont l'essence des sociétés du savoir. Ce sont près de vingt siècles de l'histoire écrite de l'humanité qui sont en danger", a déclaré aujourd'hui le directeur de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, qui avait déjà demandé la semaine dernière aux autorités américaines et britanniques de protéger les trésors archéologiques iraquiens.

M. Matsuura a également insisté pour que les documents officiels "indispensables à la protection des droits légaux, financiers et contractuels des citoyens" après la guerre fassent l'objet de mesures de protection.

Une réunion préliminaire est prévue jeudi à Paris pour tenter d'établir une évaluation préliminaire de l'état du patrimoine culturel d'un pays souvent décrit comme le berceau de la civilisation. Elle sera suivie, si les conditions le permettent, de l'envoi d'une mission de l'UNESCO en Iraq qui passera en revue sites et monuments, tentera d'établir les capacités des autorités locales à prendre en charge la réhabilitation et de définir un plan d'action et de financement.