Consultations du Conseil de sécurité sur les activités nucléaires en Corée du Nord

9 avril 2003

Le Conseil de sécurité a tenu ce matin des consultations à huis clos sur la situation nucléaire en République populaire démocratique de Corée (RPDC), à la veille du retrait officiel de ce pays du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

"Les membres du Conseil ont exprimé leur préoccupation sur cette question et le Conseil restera saisi de la question", a déclaré le Président du Conseil pour le mois d'avril, l'Ambassadeur Adolfo Aguilar Zinser du Mexique, à l'issue des consultations.

Le Secrétaire général Kofi Annan a, pour sa part, indiqué ce matin que "tout le monde s'efforçait d'aborder ce problème de manière pacifique". "La prochaine étape devrait consister à trouver un format acceptable aux deux parties pour la reprise du dialogue", a-t-il indiqué.

Pour sa part, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la Corée du Nord, Maurice Strong, a estimé hier lors d'une conférence de presse que "quelque chose de positif" pourrait résulter de la crise actuelle, dans la mesure où celle-ci pourrait représenter "le prélude d'un règlement global et permanent de cette question, que tout le monde appelle de ses voeux et qui est réalisable".

De retour de Pyongyang, M. Strong a par ailleurs trouvé quelque peu paradoxal que les parties au différend "puissent vouloir aller dans la même direction, mais, qu'en même temps, elles soient incapables de s'entendre sur les modalités d'une rencontre".

"La paix est indispensable dans cette région, et il semble impensable que cela dégénère en un conflit. Je suis convaincu qu'aucune des parties ne le souhaite, mais tout le monde s'y prépare", a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.