La situation humanitaire en Iraq jugée préoccupante par le Conseil de sécurité

La situation humanitaire en Iraq jugée préoccupante par le Conseil de sécurité

Louise Fréchette
Les promesses de contributions financières s'élèvent à l'heure actuelle à 1,2 milliard de dollars sur les 2,2 milliards qui sont nécessaires pour faire face aux besoins humanitaires en Iraq, a indiqué ce matin la Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Louise Fréchette, lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité. Les agences humanitaires de l'ONU, de leur côté, lancent un appel pour que les dons se concrétisent le plus rapidement possible.

A l'issue de cette réunion, le Président du Conseil de sécurité pour le mois d'avril, Adolfo Aguilar Zinser du Mexique, a indiqué (en anglais) dans une déclaration que ses collègues jugeaient préoccupante la situation humanitaire en Iraq en raison notamment des difficultés d'acheminement des secours. M. Zinser indique par ailleurs que les membres du Conseil avaient bien noté que la situation n'a pas encore atteint un point critique pour l'instant, mais que le danger demeurait.

Dans sa présentation de la situation humanitaire en Iraq, Mme. Fréchette a également précisé que les villes iraquiennes n'étaient plus alimentées en eau et électricité qu'à 50%, que les coupures d'eau augmentaient les risques d'épidémie et que des médicaments étaient nécessaires pour y faire face.

Les organisations humanitaires de l'ONU ont, pour leur part, lancé un appel à la générosité de tous, en insistant sur le fait qu'elles avaient besoin que les fonds leur parviennent rapidement. "Sur les 300 millions nécessaires pour satisfaire les besoins les plus urgents, l'OMS n'a reçu, six jours après avoir lancé son appel, que trois millions de dollars", a déclaré aujourd'hui le porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Amman.

Le Programme alimentaire mondial (PAM), de son côté, s'est félicité de ce que les Etats-Unis se soient engagés à contribuer 200 millions de dollars, mais redoute le délai qui peut être long entre la confirmation du don et le moment où la nourriture arrive sur place. "Le financement reçu à ce jour s'élève à 315 millions, soit 24% de nos besoins", a précisé le porte-parole du PAM.

La FAO a, quant à elle, rappelé que les besoins pour pallier les ravages de la guerre sur l'économie rurale iraquienne, son réseau d'alimentation en eau et ses capacités d'irrigation s'élevaient à 86 millions de dollars.

L'UNICEF s'est dit, pour sa part, extrêmement préoccupé par le sort des femmes et des enfants et a lancé un appel pour que les belligérants épargnent les civils.