Kofi Annan estime qu'il n'y a pas de perspective de cessez-le-feu en Iraq

Kofi Annan estime qu'il n'y a pas de perspective de cessez-le-feu en Iraq

Kofi Annan
Pour le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, un cessez-le-feu en Iraq est à l'heure actuelle, improbable. Cette question continue toutefois à faire l'objet d'un débat au sein du Conseil de Sécurité, a-t-il précisé.

Pour le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, un cessez-le-feu en Iraq est à l'heure actuelle, improbable. Cette question continue toutefois à faire l'objet d'un débat au sein du Conseil de Sécurité, a-t-il précisé.

"J'aimerais pouvoir vous dire qu'une telle éventualité existe et qu'un appel du Conseil de sécurité pourrait déboucher sur un cessez-le-feu, mais ce n'est pas le cas", a-t-il déclaré à l'occasion d'une interview (en anglais) accordée hier à la chaîne de télévision quatarienne Al-Jazira.

Le Secrétaire général a également indiqué qu'il n'avait pas d'informations lui permettant de se prononcer sur la durée du conflit. "Je ne sais pas ce qui se passe en coulisse. Je n'ai pas de détails sur l'opération militaire. Si cela avait été une intervention de l'ONU, cela aurait été différent", a-t-il dit.

Interrogé sur l'échec de l'ONU à résoudre la crise au niveau diplomatique, il a souligné les efforts du Conseil de sécurité en ce sens: "Depuis le début de ma carrière à l'ONU, je n'ai jamais vu une situation comme celle-là avec trois ou quatre réunions consécutives au niveau ministériel et autant de capitales activement impliquées. Nous avons eu un Conseil de sécurité extrêmement actif et aussi, le soutien des peuples au nom desquels la Charte a été rédigée", a-t-il dit.

A la question de savoir quel serait le rôle de l'ONU dans l'Iraq d'après guerre, Kofi Annan s'est dit convaincu qu'il serait important sans toutefois être en mesure d'en définir la nature. "Pour le moment, le Conseil nous demande de coordonner l'aide humanitaire. Quant à la nature et à l'ampleur de l'engagement futur de l'ONU, ce sera au Conseil de sécurité et aux Etats Membres d'en décider", a conclu le Secrétaire général.

Ce matin, M. Annan s'est entretenu de la question iraquienne avec une délégation de représentants du Groupe des pays d'Europe centrale et de l'Est. Cet entretien s'inscrit dans le cadre du vaste tour d'horizon que le Secrétaire général a entrepris avec les représentants des différents groupes d'Etats Membres de l'ONU au sujet de l'Iraq.