L’UNICEF s’inquiète de la détérioration des conditions de vie des enfants iraquiens

25 mars 2003

Dans un communiqué publié aujourd’hui à Genève, la Directrice du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Carol Bellamy, s’est déclarée très inquiète de la situation des enfants iraquiens dans les zones de combats. Par ailleurs, Mme Bellamy a indiqué que le personnel de l’UNICEF poursuivait ses efforts à Bagdad, afin d’y maintenir en état les installations d’eau potable.

Elle s’est, en outre, dit consternée par les informations qui font état de morts et de blessés parmi les femmes et les enfants. « Cette situation est tragique et inacceptable », a–t-elle déclaré, en exhortant les parties en conflit à respecter leurs obligations humanitaires et à assurer en priorité la sécurité des enfants.

L’UNICEF dispose de plus de 200 employés en Iraq, qui soutiennent les campagnes de vaccination des enfants et veillent à ce que les enfants soient nourris, disposent d’eau potable et de conditions hygiéniques satisfaisantes.

De son côté, l’Agence de l’ONU aux réfugiés (HCR) a indiqué à Amman, en Jordanie, qu’elle n’avait toujours pas repéré de mouvements conséquents de réfugiés vers l’Iran, la Turquie ou la Jordanie, alors que l’ONU estime à 300 000 le nombre de déplacés internes, qui ont fui les zones urbaines pour se réfugier à la campagne auprès de leurs familles.

Par ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que près de 60% de la population de Bassorah, la deuxième ville d’Iraq, n’avait pas accès à l’eau potable. De son côté, le programme de développement de l’ONU (PNUD) a procédé à l’électrification d’un camp, dans le nord de l’Iraq, destiné à accueillir 7000 réfugiés internes, alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) a qualifié de satisfaisantes les réserves de vivres disponibles dans cette région.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.