L'Envoyée de l'ONU en Côte d'Ivoire affirme que la crise humanitaire dans ce pays risque d'être de longue durée

24 janvier 2003

Poursuivant sa mission d'un mois, l'Envoyée humanitaire de l'ONU pour la crise en Côte d'Ivoire, Carolyn McAskie, a affirmé que, même en cas de règlement rapide de la crise politique en Côte d'Ivoire, la crise humanitaire risquait d'être de longue durée.

Poursuivant sa mission d'un mois, l'Envoyée humanitaire de l'ONU pour la crise en Côte d'Ivoire, Carolyn McAskie a affirmé que, même en cas de règlement rapide de la crise politique en Côte d'Ivoire, la crise humanitaire risquait d'être de longue durée.

Lors d'une réunion hier avec les représentants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Mme. McAskie a noté que 140 000 ressortissants de ces pays avaient été contraints à fuir la Côte d'Ivoire et que de nombreuses autres avaient perdu leur emploi en raison de l'effondrement de l'économie ivoirienne.

Plus tard dans la journée, à l'occasion d'une réunion avec les représentants des pays donateurs, Mme. McAskie a exprimé sa crainte qu'avec "la guerre qui se profile en Iraq, la communauté internationale soit amenée à ignorer que le conflit ivoirien risque de destabiliser l'ensemble de la région".

L'envoyée humanitaire s'est aussi entretenue avec l'épouse du Président Gbagbo au sujet des conséquences sociales négatives que ce conflit ivorien peut avoir sur les centaines de milliers de personnes déplacées et les familles qui les accueillent.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.