Kofi Annan regrette l'annonce du retrait nord-coréen du Traité de non-prolifération et exhorte Pyongyang à revenir sur sa décision

10 janvier 2003

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a regretté ce matin l'annonce du retrait nord-coréen du Traité de non-prolifération (TNP) et exhorté les autorités de Pyongyang à revenir sur cette décision.

La République populaire démocratique de Corée serait le premier Etat Membre de l'ONU à se retirer du Traité depuis son entrée en vigueur il y a 33 ans. Le TNP

constitue en effet la clé de voûte du dispositif de non-prolifération et de désarmement nucléaires et bénéficie de l'adhésion de 188 Etats parties.

Dans le communiqué de presse de ce matin, le secrétaire général prend note du démenti exprimé par la Corée du Nord de vouloir acquérir des armes nucléaires, mais souligne l'importance de l'adhésion au Traité de non-prolifération comme moyen de consolider la paix et la sécurité internationale dans le cadre du droit international.

M. Annan saisit cette occasion pour réaffirmer que les problèmes concernant le programme nucléaire de Pyongyang pouvaient être réglés dans le cadre d'une dialogue pacifique.

Pour sa part, le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, a qualifié la décision de la RPD de Corée de se retirer du Traité de non-prolifération de "poursuite d'une politique de défiance, nuisible aux efforts pour parvenir à la paix et la stabilité dans la Péninsule coréenne". Dans un communiqué publié ce matin, M. ElBaradei a également rappelé que la communauté internationale était disposée à entamer le dialogue avec Pyongyang sur cette question, mais pas sous la menace d'un chantage nucléaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.