A l'occasion de la Journée mondiale contre le sida, Kofi Annan propose une action concertée contre l'ostracisme provoqué par le fléau

1 décembre 2002

Les armes les plus puissantes pour briser l'ostracisme provoqué par le sida sont les voix des peuples du monde entier qui abordent publiquement cette question. C'est ce qu'a affirmé aujourd'hui le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, dans un message adressé à l'occasion de la commémoration de la Journée mondiale contre le sida.

"Les conséquences de l'ostracisme dont souffrent les personnes séropositives peuvent être aussi graves que celles du virus lui-même", souligne le secrétaire général, appellant à l'ouverture de débats publics sur la maladie.

"En adoptant le theme "Vivre et Laisser Vivre", la campagne anti-sida de cette année nous engage à garantir à toutes les personnes, malades du sida ou pas, que leurs droits sont respectés et qu'elles vivent dans la dignité", affirme M. Annan.

Pour sa part, le Président de l'Assemblée générale, Jan Kavan (République tcheque), a également appelé pour une action internationale contre la pandémie, notant que les discriminations imposées aux malades du virus contribuent à la propagation du sida.

Par ailleurs, l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR) et le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Sergio Vieira de Mello, se sont engagés à lutter, chacun dans son domaine d'activités, contre les discriminations dont sont victimes encore les personnes séropositives du monde entier.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.