En visite officielle à Paris, Kofi Annan souligne les mérites du multilatéralisme

25 novembre 2002

Les grands problèmes de notre temps - comme le réchauffement de la planète, le sida, le trafic des drogues ou le terrorisme - ne peuvent être abordés que par une action multilatérale dans le cadre "légitime" des Nations Unies, aucune nation n'étant pas assez puissante pour agir seule. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, lors d'une intervention au Centre d'Etudes et de Recherches internationales de sciences politiques de Paris.

Prenant la parole à l'occasion d'une table-ronde sur l'avenir du multilatéralisme, le secrétaire général a par ailleurs estimé qu'il était "trop facile" de proclamer les vertus du multilatéralisme, pour s'engager tout seul dès qu'il s'agit de prendre une décision qui touche directement la sécurité des citoyens ou les intérêts d'un groupe de pression bien organisé.

Le secrétaire général, qui est arrivé hier à Paris, dernière étape d'un périple qui l'a conduit à Genève, dans les Balkans et aux Pays-Bas, s'est entretenu ce matin avec le Président de la République, Jacques Chirac, et son Ministre des affaires étrangères, Dominique de Villepin. M. Annan a examiné avec ses interlocuteurs le retour des inspecteurs de l'ONU en Iraq, ainsi que la situation au Moyen-Orient et en Afrique.

M. Annan a également rencontré la Ministre de la défense Michèle Alliot-Marie, avec laquelle il a évoqué la contribution française aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, et la situation en Iraq, en Afghanistan et dans les Balkans.

Le secrétaire général devait rencontrer dans la soirée le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.