Kofi Annan estime que les autorités sierra-léonaises doivent assurer la sécurité effective dans le pays

13 novembre 2002

La Sierra Leone ne pourra bénéficier d'une situation stable tant que les autorités centrales n'auront pas repris le contrôle des ressources nationales et n'exerceront pas leur autorité en matière de sécurité. Tel est le sens du message adressé par le secrétaire général Kofi Annan aux membres du Groupe consultatif pour la Sierra Leone qui se réunit actuellement à Paris.

Tout en reconnaissant les progrès accomplis dans ce pays, notamment dans la formation et la restructuration des forces armées, et la réorganisation du système pénal et judiciaire, le secrétaire général a indiqué que la diminution progressive de la présence de l'ONU sur le terrain devrait inciter les dirigeants du pays à assumer plus de responsabilités en matière de sécurité et de réconciliation nationale.

"Environ 32 000 ex-combattants ont été réinséré dans la société sierra-léonaise, mais il en reste 24 000", a indiqué M. Annan, qui a demandé aux donateurs de fonds de financer les efforts de réinsertion des autorités de Freetown.

Le message (en anglais) du secrétaire général a été délivré par Hedi Annabi, haut responsable du Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.