Le chef de l'Agence de l'ONU aux réfugiés prévient contre les risques d'une suspension des services

22 octobre 2002

Le chef de l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR), Ruud Lubbers, a prévenu aujourd'hui que la crise financière grave que traverse son agence risque de provoquer une suspension d'un certain nombre de services.

Dans une déclaration à la presse, M. Lubbers a précisé que le HCR avait besoin de 80 millions de dollars pour boucler son budget courant. Les dépenses de l'agence avaient gonflé en raison des opérations en Afghanistan et du coup, certains programmes, notamment en Afrique, souffrent d'un manque de moyens, a-t-il expliqué.

"C'est vrai pour nos programmes pour les réfugiés africains, pour les projets agricoles prévus en Erythrée et en Tanzanie, et pour des projets dans d'autres régions de la planète", a déclaré un porte-parole du HCR.

Dans une lettre adressée aux donateurs la semaine dernière, M. Lubbers a fait appel à de nouvelles contributions, affirmant que la crise financière avait eu un impact négatif sur le moral du personnel humanitaire.

Le HCR compte 5 000 personnes, dont 80% travaillent dans 114 pays pour aider quelque 20 millions de réfugiés et d'autres personnes dans le besoin.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.