Le secrétaire général de l'ONU appelle le Conseil de sécurité à agir à l'unisson sur la question iraquienne

16 octobre 2002
Louise Fréchette au Conseil de sécurité

Dans un message adressé ce matin au Conseil de sécurité à l'occasion de l'ouverture d'un débat public de deux jours sur la question de l'Iraq, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a appelé les membres du Conseil à agir à l'unisson faute de quoi, a-t-il estimé, "l'autorité et la crédibilité de l'Organisation en souffriraient".

Le secrétaire général affirme également qu'une coopération au sein du Conseil permettrait à ses membres de mieux atteindre leurs objectifs, qui sont de parvenir à une solution globale qui comprend la suspension, voire la levée éventuelle des sanctions contre l'Iraq, et l'application dans les meilleurs délais des autres dispositions des résolutions pertinentes du Conseil.

Le message, délivré par la Vice-Secrétaire générale Louise Fréchette, souligne que l'Iraq devra réadmettre les inspecteurs de l'ONU sans conditions et leur offrir un accès sans entraves à toutes les installations que ceux-ci souhaiteraient visiter. "Le Conseil n'en attend pas moins, et cette détermination se traduira peut-être par l'adoption d'une nouvelle résolution qui renforcera la mission des inspecteurs, de manière à ce qu'il n'y ait pas de faiblesses ou d'ambiguïtés", dit M. Annan.

"Si l'Iraq manque de saisir cette dernière chance, et le mépris continue, alors il appartiendra au Conseil d'assumer ses responsabilités", a-t-il ajouté.

Le message du secrétaire général a été suivi d'un débat public.

Dans son intervention au nom du Mouvement des pays Non-Alignés, l'ambassadeur de l'Afrique du Sud a mis l'accent sur l'obligation faite à l'Iraq de se conformer à toutes les dispositions des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. Il a toutefois rejeté le principe d'une action militaire unilatérale menée contre un Etat Membre des Nations Unies.

Pour sa part, l'ambassadeur de l'Iraq a accusé les Etats-Unis de vouloir procédé à l'invasion militaire et l'occupation de son pays comme prétexte pour "changer la carte de la région par la force et mettre la main sur les sources d'énergie qui s'y trouvent". Il a réitéré que l'Iraq ne disposait d'aucun arsenal d'armes de destruction massive.

Le représentant de la Ligue des Etats arabes a souligné que l'Iraq ayant autorisé le retour des inspecteurs de l'ONU sur son sol, ceux-ci devraient se mettre au travail le plus tôt possible. "Il n'y a aucune raison pour reporter la mission de la CCVINU ni pour préjuger des résultats des inspections", a-t-il dit, en rejettant au nom de son Groupe toute intervention militaire contre Bagdad.

Les autres orateurs intervenus dans la journée ont insisté sur la nécessité pour l'Iraq de se conformer aux résolutions du Conseil.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.