Un expert de l'ONU des droits de l'homme affirme que les récents développements au Zimbabwe menacent la paix et la démocratie en Afrique

24 septembre 2002

Le Rapporteur spécial de l'ONU pour les droits de l'homme a exprimé son indignation devant la détérioration de la situation au Zimbabwe et demandé à la communauté internationale de faire pression sur le Gouvernement de Harare dans l'intérêt du maintien de la stabilité sur le continent.

Dans une déclaration publiée à Genève en réponse à la récente arrestation du Juge Blackie, retiré de la Cour suprême, Param Cumaraswamy, a affirmé que cette détention constituait un acte de vengence, celui-ci ayant condamné préalablement le Ministre actuel de la Justice pour "outrage à magistrat". Cette décision avait été annulée par un collègue du Juge Blackie.

"Lorsque certains pays autorisent l'arrestation, la détention et la condamnation de citoyens sous de faux prétextes, alors que ceux-ci ne sont coupables que d'avoir fait leur travail, il n'y a pas d'espoir pour l'état de droit", a expliqué le Rapporteur, affirmant que le non-respect des lois affiché par les autorités du Zimbabwe menaçait non seulement les habitants de ce pays, mais aussi la paix, la démocratie et la primauté du droit sur l'ensemble du continent.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.