Le Ministre iraquien des affaires étrangères réaffirme à l'Assemblée générale la volonté de son gouvernement de coopérer avec l'ONU "conformément au droit international"

19 septembre 2002

Naji Sabri, Ministre des affaires étrangères de l'Iraq, a réaffirmé ce matin à l'occasion du débat de haut niveau de l'Assemblée générale la volonté de son gouvernement de coopérer avec les Nations Unies "conformément au droit international".

Naji Sabri, Ministre des affaires étrangères de l'Iraq, a réaffirmé ce matin à l'occasion du débat de haut niveau de l'Assemblée générale la volonté de son gouvernement de coopérer avec les Nations Unies "conformément au droit international". Le Ministre a accusé par ailleurs le Gouvernment américain de vouloir prendre le contrôle des champs pétrolifères de la région et de diriger l'économie mondiale. M. Sabri a également insisté sur le fait que les inspections de l'ONU en Iraq devraient se dérouler en conformité avec les obligations du Conseil de sécurité vis-à-vis de Bagdad.

Le Premier Ministre de Fidji, Laisenia Qarase, a dénoncé le récent transport par bateau de matériel radioactif dans le Pacifique, ce qui a déclenché les protestations des riverains de la région. "Nos populations, qui ne connaissent que trop bien les retombées radioactives des essais nucléaires effectués chez nous, exigeront des explications", a-t-il indiqué.

Anna Lindh, Ministre des affaires étrangères de la Suède, s'est félicitée de l'acceptation par les autorités de Bagdad des nouvelles inspections d'armement de l'ONU, mais prévenu que "la crédibilité de l'ONU exige que l'Iraq remplisse ses obligations à la lettre".

Pour sa part, le Ministre des affaires étrangères de l'Ouganda, James Wapakaulo, a exprimé l'espoir que la création de la nouvelle Union africaine permettrait de promouvoir la stabilité et la sécurité sur le continent.

Ont également pris la parole à la séance de ce matin les Ministres des affaires étrangères de la Slovaquie, de la République dominicaine, du Myanmar, de la Namibie, de la Tunisie, du Liechtenstein et de la Barbade. Le Prince Mohamed Bolkiah de Brunei Darussalam est également intervenu.

Cet après-midi, le Ministre des affaires étrangères du Rwanda, André Bumaya, a confirmé le début du retrait militaire de son pays de la République démocratique du Congo (RDC). Il a également lancé un appel à la communauté internationale pour qu'elle soutienne plus activement le travail du Tribunal pénal international de l'ONU pour le Rwanda (TPIR).

Pour sa part, le Ministre des affaires étrangères du Népal, Jung Bahadur Singh, a souligné que son pays était en proie à la terreur de la main de "présumés Maoïstes", qui assassinaient des civils innocents, recrutaient des enfants par la force et détruisaient l'infrastructure économique de son pays.

Le Prince Saud Al-Faisal d'Arabie saoudite a affirmé que son pays participait activement à la lutte contre le terrorisme, mais estimé qu'il fallait s'attaquer aux causes politiques, économiques et sociales de ce phénomène plutôt que d'en combattre uniquement l'expression.

Devaient également pris la parole au cours du débat de cet après-midi les Ministres des affaires étrangères de l'Ouzbekistan, du Mali, des Maldives, de la Géorgie, de Djibouti, du Burkina Fasode la République centrafricaine.

Le débat de haut niveau s'achèvera demain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.