L'ONU affirme que l'accès aux soins thérapeutiques anti-sida constitue un droit fondamental

L'ONU affirme que l'accès aux soins thérapeutiques anti-sida constitue un droit fondamental

media:entermedia_image:cd023434-7cdb-4ddc-96bd-fa3ca0a88e17
A la lumière de l'évolution sensible de l'action politique et juridique en matière de lutte contre le sida, l'ONU recommande aujourd'hui aux gouvernements d'examiner la question des droits des personnes séropositives aux meilleurs soins thérapeutiques.

Le nouveau document, qui constitue une mise à jour d'un texte intitulé "12 International Guidelines on HIV/AIDS and Human Rights" publié conjointement en 1998 par le Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme et le Programme de l'ONU contre le sida (ONUSIDA), souligne notamment que l'accès à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien des séropositifs "est essentiel à la réalisation du droit à la santé".

"L'accès inégal et limité aux soins qui prévaut encore aujourd'hui est inadmissible", y écrit le docteur Peter Piot, directeur de l'ONUSIDA; "en effet, moins de 5% des populations séropositives des pays en développement ont accès aux médicaments dont elles ont besoin", déplore-t-il.

Pour sa part, le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Mary Robinson, rappelle que le droit humanitaire international stipule qu'il incombe aux Etats d'assurer à leurs citoyens les meilleurs soins de santé possibles. "Cet engagement devrait s'accompagner de ressources financières adéquates", affirme-t-elle dans le texte.