Selon l'Émissaire de l'ONU, Israël accepterait de faciliter l'accès humanitaire aux territoires palestiniens

23 août 2002

L'Émissaire humanitaire personnel du secrétaire général de l'ONU, Catherine Bertini, a révélé que le Gouvernement israélien acceptait de s'engager à régler certains problèmes relatifs à “l'accès” de l'aide humanitaire aux populations palestiniennes et ce, afin de prévenir une catastrophe humanitaire en Cisjordanie et à Gaza.

L'émissaire humanitaire personnel du secrétaire général de l'ONU, Catherine Bertini, a révélé que le Gouvernement israélien acceptait de s'engager à régler certains problèmes relatifs à “l'accès” de l'aide humanitaire aux populations palestiniennes et ce, afin de prévenir une catastrophe humanitaire en Cisjordanie et à Gaza.

Lors d'une rencontre avec la presse, hier au Siège de l'ONU à New York, Mme Bertini, revenant d'une mission d'une semaine au Moyen-Orient, a expliqué que lors de ses entretiens avec les dirigeants israéliens et palestiniens, dont le premier ministre israélien, Ariel Sharon, le ministre des Affaires étrangères, Shimon Peres, et le président de l'Autorité palestinienne, Yasser Arafat, les deux parties avaient reconnu la gravité de la situation humanitaire en Cisjordanie et à Gaza, et admis qu'elle ne pourrait que s'aggraver si aucune mesure n'était prise pour y remédier.

Mme Bertini a signalé que le taux de chômage s'élevait à 65 pour cent en Cisjordanie et à 70 pour cent à Gaza, ajoutant que la pauvreté et la malnutrition sévissaient. Selon elle, la santé des habitants s'est détériorée en raison des interruptions des services de santé et, notamment, de l'arrêt des livraisons de vaccins. Les récoltes et l'industrie poissonnière ont également été perturbées.

Mme Bertini a par ailleurs souligné que tous avaient reconnu que les problèmes résultaient d'un manque d'“accès”, incluant l'accès au travail et aux services. Selon elle, le gouvernement israélien a pris conscience des conséquences néfastes de certaines actions de son armée (effectuées dans le cadre de son travail de protection de la population de son pays) sur les conditions humanitaires de la population palestinienne.

L'Émissaire a révélé, à cet égard, qu'Israël avait accepté de limiter à 30 minutes les arrêts des ambulances aux points de contrôle et d'accélérer le passage des femmes sur le point d'accoucher et des personnes gravement malades.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.