Mary Robinson craint pour le droit à la liberté d'expression au Guatemala

Mary Robinson craint pour le droit à la liberté d'expression au Guatemala

Alors qu'un défenseur des enfants de la rue, Bruce Harris, directeur régional de l'ONG Casa Alianza, devait comparaître aujourd'hui devant un tribunal guatémaltèque, sous des accusations de diffamation, le Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Mary Robinson, se dit vivement préoccupée à l'égard du droit à la liberté d'expression dans ce pays. La poursuite contre M. Harris résulte d'une “interprétation trop restrictive du droit à la liberté d'expression”, estime-t-elle.

Alors qu'un défenseur des enfants de la rue au Guatemala, Bruce Harris, directeur régional de l'ONG Casa Alianza, devait comparaître aujourd'hui devant un tribunal guatémaltèque, sous des accusations de diffamation, le Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Mary Robinson, se dit vivement préoccupée à l'égard du droit à la liberté d'expression dans ce pays. La poursuite contre M. Harris résulte d'une “interprétation trop restrictive du droit à la liberté d'expression”, estime-t-elle.

Les procédures judiciaires en question ont commencé en 1997 alors que M. Harris, lors d'une conférence de presse, avait nommé un individu présumément impliqué dans le trafic de bébés guatémaltèques et mexicains, pour adoption dans d'autres pays. En 1999, rappelle un communiqué du Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, la Cour constitutionnelle de ce pays a décidé que seuls les journalistes disposaient de la liberté d'expression et que M. Harris devait donc être jugé par une cour pénale.

Mme Robinson exhorte le Guatemala à remplir ses obligations internationales en matière de protection de la liberté d'expression. Par ailleurs, les rapporteurs spéciaux de la Commission des droits de l'homme de l'ONU traitant de la vente d'enfants et de l'indépendance de la justice, de même que le Représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour les défenseurs des droits de l'homme, ont indiqué aujourd'hui qu'ils souscrivaient à cet appel lancé par Mme Robinson.