Plus de 50 pays africains demandent aux États-Unis de rétablir leur financement envers le Fonds de l'ONU pour la population

8 août 2002

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a remercié aujourd'hui les plus de 50 pays africains qui lui ont témoigné leur soutien, en adressant une lettre conjointe au Gouvernement américain lui demandant de rétablir son appui financier au Fonds, qui a récemment été suspendu.

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a remercié aujourd'hui les pays africains qui lui ont témoigné leur soutien, en adressant une lettre conjointe au Gouvernement américain lui demandant de rétablir son appui financier au Fonds, qui a récemment été suspendu.

La lettre en question, préparée par un groupe de plus de 50 États africains, faisait suite à la décision de l'Administration des États-Unis de refuser d'accorder les 34 millions de dollars que le Congrès avait affecté au FNUAP.

"J'apprécie profondément ce vote de confiance de l'Afrique à l'égard du travail du FNUAP visant à sauver des vies, en aidant à réduire les décès maternels et à ralentir la propagation du sida dans les pays en développement", a déclaré Thoraya Obaid, directrice du Fonds.

Dans leur lettre adressée au secrétaire d'État américain Colin Powell, les pays africains plaident qu'une réduction aussi considérable du budget du FNUAP, par suite de la décision de Washington, aurait un impact négatif sur le continent. "Nous sommes particulièrement inquiets face à son impact potentiel sur nos efforts pour prévenir le sida, promouvoir la planification familiale, améliorer la vie des enfants, et particulièrement celle des fillettes et des femmes, tous des facteurs cruciaux pour la croissance et le développement de l'Afrique", ont-ils écrit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.