Les autorités locales afghanes assurent l'ONU que les réfugiés pourront rentrer sans problèmes

11 juillet 2002

Malgré la récente recrudescence des attaques visant les membres des communautés minoritaires du nord de l'Afghanistan, les autorités locales ont assuré les représentants de l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR) que les réfugiés seraient autorisés à rentrer chez eux sans problèmes.

Lors des conversations qu'ont eues les responsables afghans avec le chef de la Mission du HCR en Afghanistan, Filippo Grandi, ceux-ci ont indiqué que "tous les efforts visaient à contrôler les affrontements claniques et à garantir le retour des réfugiés du Pakistan et d'Iran et des populations déplacées des autres régions de l'Afghanistan".

Le HCR estime à 10 000 environ le nombre de rapatriements par jour.

Par ailleurs, l'Agence de l'ONU pour l'enfance (UNICEF) a publié aujourd'hui les résultats d'une enquête partielle qui indique un retour massif des enfants en âge de scolarisation sur les bancs de l'école. Selon l'UNICEF, en effet, près de 1,25 million d'enfants fréquentent les écoles dans 20 provinces, ce qui se traduit par un taux de scolarisation national supérieur de 60% à celui de l'année scolaire précédente.

Compte tenu de ce regain d'intérêt, l'UNICEF a lancé un appel pour 10 millions de dollars supplémentaires nécessaires au financement de nouveau matériel pédagogique.

Pour sa part, le Bureau de l'ONU pour le contrôle des drogues et la prévention de la criminalité a estimé aujourd'hui qu'il appartenait à la société afghane de créer ses propres institutions de lutte contre la production de drogues.

Dans une réunion avec les donateurs à Genève, le directeur du Bureau, Antonio Maria Costa, a précisé qu'en 1999 l'Afghanistan était la source de 70% des produits opiacés dans le monde, ce qui correspondait à plus de 450 tonnes d'héroïne. Cette année, la production d'héroïne ne serait que de 200

à 250 tonnes.

Tout en soulignant l'importance d'un système pénal adéquat et de dispositifs de contrôle efficaces de lutte contre la drogue, M. Costa a affirmé qu'il était indispensable d'offrir aux agriculteurs afghans des moyens de subsistance grâce aux cultures de substitution.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.