Un rapport de l'ONU souligne les difficultés du corps médical dans certains pays en développement

3 juillet 2002

Une étude publiée aujourd'hui dans le magazine de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne les difficultés financières d'un grand nombre de médecins qui travaillent dans le secteur public de la santé de certains pays en développement.

Une étude publiée aujourd'hui dans le magazine de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne les difficultés financières d'un grand nombre de médecins qui travaillent dans le secteur public de la santé de certains pays en développement. La grande majorité d'entre eux ne gagnent qu'un-cinquième des honoraires touchés par leurs confrères du privé.

Par ailleurs, note l'étude publiée dans "Bulletin", les médecins qui exercent en zones rurales touchent des honoraires sensiblement inférieurs à ceux de leurs collègues des villes, ce qui les contraint à exiger des dessous-de-table ou à monnayer des médicaments censés être gratuits.

Les disparités dans la pratique de la médecine en zone urbaine et zone rurale, et dans le secteur public et privé, sont pratiquement impossibles à combler du fait du manque des moyens dont souffre le service public dans ces pays, soulignent les auteurs du rapport.

Ceux-ci proposent toutefois l'ouverture d'un vaste débat sur ces disparités, comme moyen de chercher des solutions satisfaisantes à ce problème.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.