L'ONU exige la libération de deux responsables de la Société de droit du Zimbabwe

6 juin 2002

L'expert de l'ONU en matière d'indépendance des juges et des avocats a demandé aujourd'hui la libération inconditionnelle de deux responsables de la Société de droit du Zimbabwe emprisonnés par les autorités du pays.

L'expert de l'ONU en matière d'indépendance des juges et des avocats a demandé la libération inconditionnelle de deux responsables de la Société de droit du Zimbabwe emprisonnés par les autorités du pays.

Le président de la société, Sternford Moyo, et son secrétaire exécutif, Wilbert Mapombere, sont détenus pour possession de matériel "subversif" qui détaillerait les plans d'une action de masse par le Mouvement pour le changement démocratique.

Dans un communiqué publié à Genève, Dato' Param Cumaraswamy, Rapporteur de la Commission de l'ONU pour les droits de l'homme sur ces questions, note qu'aucun de ces documents n'a été trouvé au cours de la perquisition menée aux domiciles des suspects. "Pourtant, les deux hommes sont accusés d'un délit qui prévoit jusqu'à 20 ans de prison", souligne l'expert.

M. Cumaraswamy estime que la véritable raison de la détention et inculpation des deux responsables est d'"avoir exprimé les préoccupations de leur association devant la détérioration de la primauté du droit au Zimbabwe".

Il demande au Gouvernement de Harare de respecter ses engagements internationaux en matière d'indépendance des magistrats et de remettre en liberté les deux juristes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.