Le secrétaire général de l'ONU affirme que le Moyen-Orient reste une région "dangereusement instable"

20 juin 2002

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a affirmé aujourd'hui que le Moyen-Orient restait une région "dangereusement instable" et, en l'absence d'un processus politique soutenu, en proie aux agissements des groupes hostiles à la paix.

Il est évident, a poursuivi le secrétaire général, qu'il ne pourra pas y avoir de règlement politique régional sans des garanties sécuritaires réelles à Israël et sans des solutions rapides à la précarité économique et sociale des populations palestiniennes.

"Il n'y a pas de temps à perdre. Il nous faut agir résolument, il faut s'attaquer sans tarder aux problèmes de fond et les régler", a-t-il ajouté.

M. Annan a par ailleurs entériné l'idée d'une conférence internationale, sur le Moyen-Orient, dont l'objectif serait d'aboutir "à un règlement rapide et permanent du conflit" israélo-palestinien.

La réunion du Conseil a été présidée par Farouk al-Shara, ministre syrien des affaires étrangères. L'intervention du secrétaire général a été suivie d'une allocution du ministre syrien. D'autres membres du Conseil devaient également prendre la parole à cette occasion.

Par ailleurs, le Conseil devait tenir aujourd'hui des consultations sous la présidence du Mexique consacrées à la situation indo-pakistanaise. Ces consultations se déroulent sous la "formule Arria", qui autorise les membres du Conseil à échanger des idées de manière informelle et confidentielle en dehors des séances officielles du Conseil. Une telle formule a le mérite de permettre aux membres du Conseil d'entendre les opinions des diplomates dont les pays ne sont pas membres du Conseil, ainsi que celles des représentants d'entités non-étatiques et d'organisations non-gouvernementales (ONG).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.