Le Procureur du TPIY déplore le manque de coopération de Belgrade

21 mars 2002

La poursuite judiciaire des personnes soupçonnées de crimes de guerre en ex-Yougoslavie est entravée par l'absence de coopération des autorités de Belgrade, a déploré aujourd'hui Carla del Ponte, Procureur du Tribunal pénal international de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie.

S'adressant à la presse au siège de l'Organisation à New York, Mme. del Ponte a souligné que 32 fugitifs inculpés par le TPIY, soit la moitié du nombre total d'inculpés, étaient réfugiés en Yougoslavie avec l'assentiment des autorités locales, et que jusqu'à récemment le général Ratko Mladic, recherché pour son rôle dans les atrocités commises dans la guerre des Balkans des années 1990, avait bénéficié de la protection de ces autorités.

Mme. del Ponte a demandé à la communauté internationale de faire pression sur le Gouvernement de Belgrade pour que les criminels de guerre puissent être arrêtés et jugés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.