Le secrétaire général "consterné et troublé" par les informations sur les mauvais traitements infligés aux enfants des camps de réfugiés en Afrique de l'Ouest

27 février 2002

Se disant "consterné et troublé" d'apprendre que des enfants installés dans des camps de réfugiés de l'Afrique de l'Ouest faisaient couramment l'objet de mauvais traitements, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a demandé qu'une enquête soit ouverte "le plus rapidement possible"sur ces allégations, et des mesures de protection des femmes et des enfants soient prises selon les besoins.

Dans un communiqué daté d'aujourd'hui, le secrétaire général rappelle que l'ONU ne manifestera aucune tolérance pour de tels actes commis par les employés de l'ONU ou des personnes qui y sont associées, et annonce son intention d'agir vigoureusement au cas où ces allégations s'avèraient fondées.

La réaction du secrétaire général fait suite à la publication conjointe hier par l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR) et l'ONG britannique Save the Children d'un certain nombre de conclusions troublantes tirées par une équipe envoyée par ces deux organisations en Afrique de l'Ouest pour évaluer les accusations de violence et d'exploitation sexuelles dont auraient fait l'objet des enfants réfugiés en Afrique de l'Ouest.

L'équipe a confirmé sans avoir pu constaté elle-même de nombreux indices d'exploitation sexuelle, notamment des jeunes filles de moins de 18 ans, dans les camps du Libéria, de Guinée et de Sierra-Leone. Ces actes seraient le fait de membres d'associations d'aide ou d'employés des agences de l'ONU, dont le HCR.

Le HCR a ouvert une enquête sur place, alors que l'UNICEF a exprimé sa vive préoccupation face à ces incidents.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.