Le chef du comité de l'ONU pour les droits du peuple palestinien estime qu'il faut agir rapidement au Moyen-Orient

27 février 2002

A moins d'une réaction rapide de la communauté internationale, la crise du Moyen-Orient risque d'avoir "des conséquences incalculables pour la région et le monde", a prévenu hier soir le chef du Comité de l'ONU pour les droits inaliénables du peuple palestinien, Papa Louis Fall, lors d'une intervention au cours de la première séance d'un débat public du Conseil de sécurité consacré à la situation au Proche-Orient.

A moins d'une réaction rapide de la communauté internationale, la crise du Moyen-Orient risque d'avoir "des conséquences incalculables pour la région et le monde", a prévenu hier soir le chef du Comité de l'ONU pour les droits inaliénables du peuple palestinien, Papa Louis Fall, lors d'une intervention au cours de la première séance d'un débat public du Conseil de sécurité consacré à la situation au Moyen-Orient.

A l'occasion de la même réunion, l'observateur permanent adjoint de Palestine à l'ONU, Marwan Jilani, a affirmé que les trois principaux problèmes qu'il fallait régler en vue d'une solution du conflit régional étaient l'occupation par Israël de territoires arabes et palestiniens, le manque de sécurité et la détresse économique.

Pour sa part, l'ambassadeur israélien Aaron Jacob a accusé la direction palestinienne de prétendre de condamner le terrorisme, tout en en "légitimant et soutenant" la pratique. Il a réaffirmé qu'une cessation complète et inconditionnelle de la violence dans la région était une condition essentielle à la reprise du processus de paix au Moyen-Orient.

Plus d'une vingtaine d'orateurs ont pris part au débat qui se poursuivra cet après-midi.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.