Le Conseil de sécurité examine les moyens de répondre à la crise humanitaire en Angola

13 février 2002

C'est sur le constat d'une situationhumanitaire tragique que le Conseil de sécurité se réunissait ce matin afin d'examiner les moyens de répondre à la crise qui sévit en Angola.

Au cours de

sa déclaration devant le Conseil de sécurité, M. Oshima, Coordonnateur des secours d'urgence pour les affaires humanitaires, a rappelé que, selon les

chiffres du Bureau des Nations Unies pour les affaires humanitaires, l'espérance de vie en Angola est de 44 ans et que 63 % des foyers vivent sous le seuil de

pauvreté. 30 % des enfants meurent en outre avant l'âge de 5 ans et 100 000 enfants, selon les estimations, ont été séparés de leur famille. L'Angola

s'illustre également par son nombre élevé de déplacés, l'un des plus élevés du monde puisque depuis 1999 il est passé de deux à quatre millions, soit un tiers de

la population. Toutefois, M. Oshima a noté que le Gouvernement angolais avait pris un certain nombre de mesures ces dernières années pour améliorer la

fourniture de l'aide : il a ainsi alloué 50 millions de dollars à un programme d'urgence et créé un Fonds pour la paix et la réconciliation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.