Le secrétaire général s'inquiète de "l'évolution préoccupante" de la situation au Proche-Orient

21 janvier 2002

Déplorant la destruction par les forces israéliennes de la station de radio-télévision palestinienne de Ramallah le 19 janvier et l'importante incursion israélienne d'aujourd'hui dans la ville palestinienne de Tulkarem ,"en violation des accords bilatéraux", le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a réitéré aujourd'hui dans un communiqué de presse sa conviction que le conflit israélo-palestinien ne pouvait pas être réglé par la force.

Déplorant la destruction par les forces israéliennes de la station de radio-télévision palestinienne de Ramallah le 19 janvier et l'importante incursion israélienne d'aujourd'hui dans la ville palestinienne de Tulkarem ,"en violation des accords bilatéraux", le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a réitéré aujourd'hui dans un communiqué de presse sa conviction que le conflit israélo-palestinien ne pouvait pas être réglé par la force.

M. Annan a une nouvelle fois appelé les parties à mettre un terme à la violence et à oeuvrer pour la mise en place d'un cessez-le-feu destiné à faciliter l'application des recommandations du Rapport Mitchell.

Pour sa part, le représentant spécial de l'ONU pour le Proche-Orient, Terje Roed-Larsen, a prévenu aujourd'hui dans un communiqué que les actions d'Israël à Tulkarem risquaient de provoquer une escalade dangereuse de la situation dans la région, et demandé qu'il leur soit mis un terme rapidement.

M. Larsen a affirmé par ailleurs que les préoccupation sécuritaires d'Israël étaient bien légitimes, mais que la meilleure manière de les satisfaire résidait dans l'application des recommandations du Rapport Mitchell.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.