Afrique

Les réfugiés ne sont ni des terroristes ni des migrants économiques, rappelle le chef du HCR

« Les réfugiés ne sont pas des terroristes mais les premières victimes du terrorisme », a rappelé aujourd'hui le chef de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, déplorant les politiques de plus en plus restrictives à l'égard des réfugiés qui fuient la guerre et les persécutions. Il a aussi appelé à éviter une confusion entre réfugiés et migrants économiques.

Conseil de sécurité : le Secrétaire général chargé de négocier avec le Burundi la création d'organes d'enquête sur les crimes les plus graves

Le Conseil de sécurité a demandé aujourd'hui au Secrétaire général de négocier avec le gouvernement du Burundi les modalités de la création de deux mécanismes d'enquête et de jugement des crimes les plus graves commis depuis l'indépendance du pays.

Une Envoyée spéciale de l'ONU dépêchée au Zimbabwe pour enquêter sur les expulsions massives des bidonvilles

Faisant suite aux préoccupations exprimées début juin par le Haut Commissariat aux droits de l'homme, le Secrétaire général a chargé aujourd'hui la directrice de l'agence de des Nations Unies pour l'habitat d'une mission au Zimbabwe, afin examiner les récentes évictions d'habitants des bidonvilles à travers le pays, en violation des droits fondamentaux à l'habitat.

Guinée-Bissau : le Secrétaire général se félicite de la conduite pacifique des élections

Le Secrétaire général s'est félicité aujourd'hui de « la conduite pacifique des élections en Guinée-Bissau », le 19 juin dernier, et rend hommage au peuple de Guinée-Bissau « pour y avoir participé en grand nombre afin de choisir leur nouveau dirigeant ».

Journée contre la désertification : les femmes face à la sécheresse

Une des formes de dégradation du milieu les plus alarmantes, la désertification menace la santé et les moyens de subsistance de plus d'un milliard d'individus, déclare aujourd'hui le Secrétaire général dans un message à l'occasion de la Journée contre la désertification.

Conseil de sécurité : deux mécanismes envisagés pour identifier et juger les crimes graves commis au Burundi depuis 1962

Le Conseil de sécurité a été saisi hier des conclusions d'une commission d'enquête judiciaire internationale au Burundi qui propose la création d'une « commission de la vérité » pour identifier les crimes graves commis entre 1962 et 2000 et d'une chambre spéciale des tribunaux burundais pour juger les crimes de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis entre 1972 et 1993.

Côte d'Ivoire : à Bouaké, l'Envoyé de l'ONU appelle à « prendre des risques pour la paix »

« Il faut prendre des risques pour la paix », a déclaré hier l'Envoyé de l'ONU en Côte d'Ivoire, au cours d'un entretien avec les dirigeants des Forces Nouvelles, ex-forces rebelles, qui ont fait part de leur « scepticisme » quant à la tenue d'élections le 30 octobre prochain.

Rwanda/Burundi : la lutte contre l'impunité passe par le respect des conventions internationales, rappelle Carolyn MacAskie

Dans une conférence de presse donnée aujourd'hui, l'Envoyée de l'ONU au Burundi a dénoncé l'accord passé entre les autorités burundaises et rwandaises pour forcer les demandeurs d'asiles rwandais réfugiés au Burundi à retourner au Rwanda, après avoir fui les tribunaux de leur pays qui tentent de juger les coupables du génocide de 1994. Elle a rappelé aux deux pays que s'ils veulent mettre fin à l'impunité dans la région, ils devraient commencer par respecter les conventions internationales eux-mêmes.

Darfour : intensification des violences contre les civils au mois de mai, selon un rapport de l'ONU

Les nouvelles encourageantes sur le front politique, avec la reprise des pourparlers de paix à Abuja, sont atténuées par l'intensification de la violence, au mois de mai, dans les trois états du Darfour où les milices pro-gouvernementales et les mouvements rebelles ont continué d'attaquer des villages et de harceler les populations civiles, indique le Secrétaire général dans son dernier rapport sur la situation dans cette région du Soudan.

Sommet Afrique-France : le Secrétaire général salue l'intérêt que la France porte aux problèmes du continent africain

Le Secrétaire général a salué aujourd'hui l'intérêt que la France porte aux problèmes de développement du continent africain, dans le cadre du Sommet Afrique-France. Il a engagé l'Afrique à établir un environnement plus favorable à l'intégration dans l'économie mondiale, soulignant le nombre croissant de gouvernements démocratiquement élus et la baisse du nombre de conflits armés.