14 septembre 2021

Le nouveau Président de l'Assemblée générale des Nations Unies affirme que l'espoir est désespérément nécessaire pour les milliards de personnes dans le monde qui luttent contre la pandémie de Covid-19, la dévastation et les conflits.

Dans son premier grand entretien, le Président élu a déclaré à ONU Info que l'Assemblée générale, en tant qu'organe le plus représentatif de l'ONU, est idéalement placée pour donner forme à cet espoir.

« L'Assemblée générale est le seul organe où les 193 pays sont représentés et cet organe, lorsqu'il s'exprime à l'unanimité, lorsqu'il prend une décision sur une question, c'est la conscience internationale », a déclaré Abdulla Shahid, avant l'ouverture de la 76ème session de l'Assemblée générale, qui débute le 14 septembre.

Il a ajouté que sur des questions telles que le changement climatique et l'accès équitable aux vaccins, il ne perdrait « jamais espoir que l'humanité se montre à la hauteur ».

M. Shahid a également évoqué l'importance de ces questions et de sa présidence pour son pays d'origine, les Maldives - dont il est le ministre des Affaires étrangères - une nation insulaire composée de 26 atolls situés au sud-ouest de l'Inde et du Sri Lanka et comptant une population d'environ 530.000 habitants.

Il représentera désormais un organe des Nations Unies qui parle au nom de près de 7,9 milliards de personnes.

Ses priorités pour l'année à venir consistent notamment à montrer l'exemple pour aider l'ONU à atteindre la « norme d'excellence » sur des questions telles que l'égalité des sexes. Cela signifie participer à des groupes de discussion composés d'un nombre égal de femmes et faire pression pour que l'ONU soit plus favorable aux familles, pour les mères qui allaitent ou s'occupent de jeunes enfants.

Tout au long de l'entretien, M. Shahid a réitéré l'importance de la coopération multilatérale et l'idée que les défis mondiaux nécessitent une action mondiale unifiée.

Cet entretien a été édité pour des raisons de clarté et de longueur.

ONU Info : Votre candidature au poste de Président de l'Assemblée générale a été construite autour du thème de l'espoir. Compte tenu des vagues continues de la Covid-19, de l'inégalité d'accès aux vaccins et de la persistance des conflits dans le monde, comment comptez-vous apporter de l'espoir à l'Assemblée générale ?

Abdulla Shahid : J'ai fait campagne sur le thème de la présidence de l'espoir, car je pense sincèrement qu'au vu de la dévastation, du désespoir et de la douleur que nous avons connus au cours des 18 derniers mois, il est temps que les Nations Unies, en tant qu'organe mondial qui englobe l'ensemble de la communauté internationale, les 193 pays, se lèvent et donnent de l'espoir à nos électeurs. La Charte dit « Nous, les peuples », il est donc temps que nous, les peuples, nous nous unissions pour donner l'espoir dont les gens ont si désespérément besoin.

En ces temps terribles de pandémie, nous avons vu l'humanité sous son meilleur jour. Nous l'avons vu dans les sacrifices des travailleurs de première ligne, nous avons vu les médecins, les infirmières, les très nombreux individus ordinaires qui ont mis leur vie en danger pour aider les autres. C'est cela l'espoir. Cela donne de l'espoir à l'humanité.

Nous avons vu un vaccin mis au point en un temps record - cela donne de l'espoir aux Nations Unies de se réunir... et de commencer maintenant le rétablissement dont nous avons besoin. C'est l'unité qui fait la force.

Aux Maldives, d'où je viens, nous vivons jour après jour sous la menace du changement climatique et de l'élévation du niveau de la mer, mais nous n'abandonnerons jamais l'espoir que l'humanité sera à la hauteur de la situation. Que nous survivrons. C'est dans l'éthique maldivienne que nous nous efforçons de faire mieux, nous essayons de faire mieux...

Le président élu de l'Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, est interviewé dans la salle de l'Assemblée générale.
Photo ONU/Eskinder Debebe
Le président élu de l'Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, est interviewé dans la salle de l'Assemblée générale.

ONU Info : Vous avez abordé la question du changement climatique. Vous êtes originaire des Maldives, un petit État insulaire en développement. Quelles sont vos priorités dans ce domaine pour la Présidence ?

Abdulla Shahid : J'ai dit que la 76èmesession était une super session pour la nature et il y a une raison à cela : la 76ème session coïncide avec plusieurs conférences majeures sur le changement climatique et l'environnement. La COP26 (Conférence sur le climat), les trois conférences majeures des traités de Rio, la COP sur la biodiversité, la COP sur la déforestation et la COP sur le dialogue de haut niveau sur l'énergie et la conférence sur l'océan.

Toutes ces conférences majeures vont créer une dynamique importante au cours de la prochaine session. J'ai l'intention de faire en sorte d'utiliser mon pouvoir de convocation en tant que Président pour rassembler la communauté internationale. Pour donner l'impulsion finale.

Par exemple, à l'approche de la COP26, j'ai l'intention d'organiser un événement spécial ici, à l'Assemblée générale, en octobre, pour donner aux pays l'occasion de se réunir et de prendre cet engagement politique final. Oui, nous nous sommes engagés à atteindre l'objectif de 1,5 degré Celsius. Oui, l'objectif de 100 milliards de dollars est réalisable. Oui, l'accord de Paris [sur le changement climatique] est réalisable. Oui, nous nous soucions de l'humanité. Nous écouterons les cris de la planète Terre.

Nous le voyons chaque année. Nous voyons la souffrance de notre planète. Nous assistons à de grandes inondations, à des chaleurs insupportables, à des incendies de forêt. Tout ce que vous voyez, nous le voyons.

Nous le constatons chaque année. Nous sommes témoins de la souffrance de notre planète. Nous assistons à de vastes inondations, à des températures insupportables, à des incendies de forêt. Tout ce que vous voyez, nous le voyons. Il est donc temps pour les Nations Unies de se réunir et de donner ce message d'espoir que oui, l'humanité va survivre.

ONU Info : L'autre priorité très urgente en ce moment est la Covid-19. Quels sont vos objectifs pour cette Présidence ?

Abdulla Shahid : Après avoir été sélectionné et avoir pris la parole ici à l'Assemblée générale, j'ai parlé de la vaccination du monde parce qu'il est très clair que personne n'est en sécurité tant que tout le monde ne l'est pas. C'est facile à dire, mais c'est aussi faisable. Je crois que c'est faisable parce que la communauté internationale en a la capacité... Il ne suffit pas de dire que personne n'est en sécurité tant que tout le monde ne l'est pas. Si nous pouvons nous rassembler, nous serons en mesure de vacciner le monde entier... d'ici la fin de l'année 2022, nous serons en mesure de le faire.

J'ai l'intention d'organiser un événement sur la vaccination, plus tard cette année ou au début de l'année prochaine. Une fois encore, il s'agira de réunir les pays pour faire le point et définir la marche à suivre.

Nous avons discuté de certains des grands problèmes auxquels le monde est confronté actuellement. Comment l'Assemblée générale peut-elle faire la différence étant donné que, contrairement au Conseil de sécurité, elle ne dispose pas de pouvoirs d'exécution ?

Je crois sincèrement que le pouvoir d'exécution de l'Assemblée générale est plus important que celui du Conseil de sécurité. Le pouvoir d'exécution vient des membres. L'Assemblée générale est le seul organe dans lequel les 193 pays membres sont représentés, et cet organe, lorsqu'il se prononce à l'unanimité, lorsqu'il prend une décision, c'est « la conscience internationale ».

Nous devons donc nous assurer que l'Assemblée générale fonctionne, qu'elle fonctionne de manière plus proactive et plus efficace, afin que le message au reste du monde et à nous-mêmes soit clair. L'Assemblée générale fixe des normes, l'Assemblée générale montre la voie à suivre et l'Assemblée générale trace la ligne de démarcation entre ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas.

Par conséquent, je pense que l'organe le plus important des Nations Unies et du monde est l'Assemblée générale des Nations Unies. Elle a l'autorité morale pour fixer des normes.

ONU Info : Puis-je poser une question complémentaire, car vous parlez d'efficacité, d'unité. Comment espérez-vous utiliser votre position en tant que Président de l'Assemblée générale pour réaliser cette unité ?

Abdulla Shahid : Je comprends que nous aurons des divisions, des divergences d'opinions, des positions différentes sur certaines questions, mais mon expérience en tant que Président du Parlement et mon expérience parlementaire me montrent qu'il est possible de résoudre les problèmes par le dialogue. Il est important que nous continuions à parler, que nous trouvions l'occasion de nous asseoir, d'exposer nos points de vue l'un à l'autre et nous serons alors en mesure de résoudre les problèmes.

Si vous regardez l'histoire du monde, nous avons vu des conflits éclater lorsque les opportunités de dialogue se sont fermées, lorsque les gens ont décidé de s'enfermer et de prendre leurs distances. Cette assemblée rassemble les gens, elle leur donne l'opportunité d'interagir les uns avec les autres, et nous devrions l'utiliser au maximum.

ONU Info : Vous avez évoqué votre gouvernement aux Maldives. Au sein de votre ministère des Affaires étrangères, vous avez réussi à instaurer l'égalité des sexes dans ce ministère. Quels sont vos objectifs pour votre Présidence ?

Abdulla Shahid : J'ai décidé de faire profiter mon cabinet de l'expérience de mon ministère aux Maldives, de sorte que mon cabinet est équilibré en termes de genre. De nombreux postes à responsabilité sont occupés par des femmes et je me suis engagé, une fois de plus, à ne pas siéger dans un groupe qui ne soit pas équilibré entre les sexes.

J'ai également l'intention de m'assurer que je parle de plus en plus de ce sujet. Je veux faire des Nations Unies non seulement l'institution de référence, mais aussi le praticien de référence. Dans ce contexte, j'ai l'intention de m'adresser au Secrétaire général et au Secrétariat pour rendre les Nations Unies plus favorables aux familles. C'est une tâche que j'ai l'intention d'entreprendre.

Investir dans le multilatéralisme est ce que nous devons faire maintenant. La Covid-19 nous a montré une fois de plus que le multilatéralisme est le seul moyen d'avancer. Le meilleur investissement dans le multilatéralisme est d'investir dans les jeunes.

Je vais également poursuivre les travaux du groupe consultatif sur les femmes que le Président sortant [Volkan] Bozkir avait constitué. J'ai également l'intention de tenir des réunions régulières avec les femmes RP [représentantes permanentes] qui résident ici, afin de bénéficier de leurs points de vue. J'ai l'intention de faire en sorte que la question du genre reste l'une de mes principales priorités au cours de ma Présidence.

ONU Info : Je suis très curieuse, Monsieur, étant moi-même une mère. Quelles sont vos idées pour rendre l'ONU plus accueillante pour les familles ?

Abdulla Shahid : Au cours de ma campagne, j'ai rencontré une ambassadrice qui m'a raconté l'histoire horrible d'un jour où sa baby-sitter s’est décommandée à la dernière minute, elle n'a eu d'autre choix que d'amener ses deux petits enfants et de les laisser dans sa voiture et de les laisser dans le garage de l'ONU avec un chauffeur. Il devrait y avoir une salle familiale où les enfants pourraient être pris en charge ; ce sont des questions que nous devrions régler.

ONU Info : Ma dernière question concerne les jeunes. Comment espérez-vous les faire participer à l'Assemblée générale, à ce qui se passe dans cette salle ?

Abdulla Shahid : J'étais un jeune diplomate lorsque j'ai eu l'occasion d'assister pour la première fois à l'Assemblée générale des Nations Unies en 1988. C'était ma première expérience de l'Assemblée générale en tant que jeune diplomate.

C'est l'expérience que j'ai vécue au cours de ces années qui m'a engagé en faveur du multilatéralisme. Ce que j'ai vu ici, à l'Assemblée générale, dans les couloirs et au sein des commissions, m'a donné la certitude que le multilatéralisme est la seule voie possible. Je veux donner cette opportunité aux jeunes diplomates des pays sous-représentés et c'est pourquoi j'ai lancé un programme de bourses pour les jeunes du Président de l'Assemblée générale. J'ai l'intention de faire venir un certain nombre de jeunes diplomates de pays sous-représentés et de leur donner l'occasion de travailler dans mon bureau et avec les pays qu'ils représentent dans les missions, afin qu'ils puissent se rendre compte de ce qui se passe ici. Leur travail sera coordonné depuis mon bureau et, à la fin de l'année, ils recevront un certificat prouvant qu'ils ont bien rempli leurs fonctions.

Mais qui sait, peut-être que l'un de ces jeunes diplomates qui aura réussi à obtenir cette bourse deviendra un jour Président de l'Assemblée générale. Investir dans le multilatéralisme est ce que nous devons faire maintenant. La Covid-19 nous a montré une fois de plus que le multilatéralisme est le seul moyen d'avancer. Le meilleur investissement dans le multilatéralisme est l'investissement dans les jeunes. Et c'est ce que je vais faire.

ONU Info : Que signifie votre Présidence pour votre pays, les Maldives ?

Abdulla Shahid : Je prends mes fonctions en sachant très bien les défis que je vais devoir relever. On m'a demandé à de nombreuses reprises pourquoi vous avez déposé votre nom dans le chapeau à un moment aussi mouvementé? Je dirais que c'est la meilleure décision que j'ai prise. Parce que c'est une occasion unique de faire la différence et une occasion pour un petit pays comme les Maldives de faire la différence. Pour le peuple maldivien, c'est un grand honneur. C'est un privilège pour un Maldivien de présider l'Assemblée générale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.