16 juin 2021

Lorsqu'il a accepté l'offre de devenir Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, il y a quatre ans, Mark Lowcock espérait que le besoin d'assistance dans le monde était en voie de diminution.

Mais en raison des conflits prolongés et émergents, des impacts croissants du changement climatique et de maladies telles qu’Ebola - et maintenant la Covid-19 - le nombre de personnes ayant besoin d’une assistance et d’une protection a atteint des niveaux sans précédent au cours de cette période.

Alors qu'il se prépare à quitter ses fonctions vendredi, M. Lowcock s'est entretenu avec ONU Info. L’occasion pour lui de souligner pourquoi les pays doivent redoubler d'efforts pour relever ces défis communs : non seulement pour le bénéfice de millions de personnes vulnérables dans le monde, mais aussi pour les travailleurs humanitaires qui les servent, trop souvent au prix de grands sacrifices.

Je pense que le système humanitaire s'est vraiment amélioré ces dernières années

« La bonne nouvelle, c'est que l'ONU, les ONG, la Croix-Rouge continuent de faire un travail fantastique pour sauver des vies et réduire les souffrances, et je pense que le système humanitaire s'est vraiment amélioré ces dernières années », a-t-il déclaré, depuis Londres. « Nous atteignons plus de 100 millions de personnes par an ».

L'ancien haut fonctionnaire britannique, qui sera remplacé par Martin Griffiths, l'Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, a passé près de quatre décennies dans le développement international. Il pense que parce que la condition humaine s'est généralement améliorée au cours de cette période - avec des réductions de la pauvreté et de la faim - tout le monde sur la planète devrait pouvoir profiter d'une vie meilleure.

Dans cet entretien, Mark Lowcock a discuté de l'action nécessaire dans le secteur humanitaire, en particulier face aux nouvelles menaces extrémistes, mais a également salué le rôle des travailleurs humanitaires à travers le monde, dont beaucoup sont du personnel national dans les pays en crise.

ONU Info : Vous allez quitter l'ONU après quatre ans à la tête de la branche humanitaire de l'ONU, OCHA (Bureau de la coordination des affaires humanitaires). En repensant à votre nomination, quels étaient certains des objectifs que vous espériez atteindre ?

Mark Lowcock : Eh bien, ce que j'espérais en 2017, lorsque j'ai commencé ce travail, c’était d’entrer dans une ère où les besoins humanitaires dans le monde diminueraient quelque peu. Ils avaient beaucoup augmenté au cours de la décennie des années 2010, en grande partie à cause de nouveaux conflits mais aussi à cause de l'effet du changement climatique. J'avais espéré qu'il serait possible d'inverser cette tendance récente car au cours de l’essentiel des 50 dernières années, il y a eu d'énormes progrès dans le développement humain. Les gens vivent plus longtemps, ils sont mieux nourris, plus d'enfants vont à l'école, il y a moins de morts de maladies évitables , etc. J'avais espéré que nous aurions en quelque sorte doublé ces progrès et que cela se répercuterait sur les personnes les plus vulnérables, qui sont généralement celles qui se trouvent dans des situations humanitaires. Mais je pense, objectivement parlant, que les quatre dernières années ont été une période exceptionnellement difficile.

Premièrement, nous avons connu une expansion des conflits dans de nombreux endroits ; un échec à résoudre des conflits de longue date comme la Syrie et le Yémen, et de nouveaux conflits aussi – le Mozambique, l'Éthiopie. Deuxièmement, nous avons vu les impacts croissants du changement climatique, qui est désormais une cause énorme de souffrance humanitaire dans le monde. Et troisièmement, nous avons eu des épidémies : pas seulement la pandémie, mais bien sûr la pandémie a fait une énorme différence. Ainsi, même si mon objectif était de voir une réduction de la souffrance, en fait, ce qui s'est passé est une augmentation à des niveaux sans précédent, vraiment, du nombre de personnes qui ont besoin de protection et d'assistance.

La bonne nouvelle, c'est que l'ONU, les ONG, la Croix-Rouge continuent de faire un travail fantastique pour sauver des vies et réduire les souffrances, et je pense que le système humanitaire s'est vraiment amélioré ces dernières années. Et nous atteignons plus de 100 millions de personnes par an ; nous sauvons certainement des millions de vies chaque année, et les choses seraient pires sans le courage, l'engagement, le professionnalisme et le dévouement de toutes les personnes qui travaillent pour les agences humanitaires dans le monde, dont la plupart, rappelons-le, sont des citoyens, des ressortissants, des pays eux-mêmes en crise.

Nous avons également assisté à une augmentation substantielle du financement, du financement volontaire, fourni par les États membres pour le travail des organisations humanitaires. Il a augmenté d'environ 30% au cours des années où je fais ce travail. Il est toujours vrai que l'écart entre les fonds dont nous disposons et les fonds dont nous avons besoin est important, mais nous avons pu collecter plus d'argent, et cela signifie que la souffrance a été moindre qu'elle ne l'aurait été autrement.

Mais le plus important, c'est que jusqu'à ce que le monde s'améliore pour faire face aux causes des problèmes humanitaires, et c'est en grande partie les conflits, le changement climatique, la Covid et d'autres maladies, personne ne devrait s'attendre à ce que les symptômes soient réduits. Il y aura plus de personnes qui auront besoin d'aide jusqu'à ce que les causes soient mieux traitées.

Mark Lowcock, chef de l'humanitaire de l'ONU (à droite), rencontre des conducteurs de camions syriens à la frontière avec la Turquie.
Photo OCHA/David Swanson
Mark Lowcock, chef de l'humanitaire de l'ONU (à droite), rencontre des conducteurs de camions syriens à la frontière avec la Turquie.

ONU Info : Sans aucun doute, 2020 a été une année particulièrement difficile. Quel a été l'impact de la pandémie sur les opérations d’assistance de l'ONU ?

Mark Lowcock : La première chose à dire à propos de la pandémie est qu'elle a atteint tous les coins de la planète, et ses effets n'ont pas été seulement dus au virus, et à la maladie et à la mort causées par le virus, mais en termes d'impact énorme sur l'économie mondiale et la contraction massive que de nombreux pays les plus pauvres ont connue dans leurs économies, ce qui a entraîné une forte augmentation de la pauvreté dans les pays très vulnérables. Et cela entraîne encore plus de besoins humanitaires.

Nous avons assisté à d'énormes pénuries d'équipements essentiels : équipements de protection individuelle, médicaments, produits de base, etc. Et nous les avons également vus être largement aspirés par les pays les plus riches. Nous avons vu les terribles inégalités dans la disponibilité des vaccins.

Les pays qui se sortent le mieux de la pandémie sont les pays riches qui ont les scientifiques et les sociétés pharmaceutiques et la base fiscale, les systèmes fiscaux, ce qui signifie qu'ils peuvent collecter des fonds pour financer d'énormes programmes de vaccination. Les pays les plus pauvres n'ont pas encore eu cela, et cela semble être encore loin.

La pandémie a également, d'une manière qui n'a pas été suffisamment comprise, exacerbé de nombreux problèmes préexistants. Il y a eu de nouveaux conflits qui sont apparus au cours des 15 mois qui ont suivi la pandémie : le Haut-Karabakh, des endroits au Mozambique, l’Éthiopie. Et dans une certaine mesure, malheureusement, c'est le résultat d'intérêts malveillants profitant d'un moment où le reste du monde se concentre sur un gros problème et poursuivant des objectifs nuisibles.

ONU Info : Et comment OCHA a-t-il affronté ces défis, en ce qui concerne la pandémie ?

Mark Lowcock : Eh bien, le travail d'OCHA est essentiellement d'être le coordinateur du système humanitaire. Nous avons restructuré notre organisation. On a plus de personnes sur le terrain, moins au siège. Nous avons mis nos finances en ordre.

Lorsque j'ai commencé ce travail, OCHA était confronté à une série de difficultés financières que nous avons pu résoudre. Et nous nous sommes vraiment concentrés sur nos quatre responsabilités clés :

•    Premièrement, identifier le besoin humanitaire lorsqu'il apparaît.
•    Deuxièmement, coordonner l'élaboration de plans de réponse dans chaque pays où il y a un problème.
•    Troisièmement, collecter les fonds pour payer ces plans d'intervention.
•    Et quatrièmement, aider à résoudre certains problèmes spécifiques liés à la mise en œuvre : ne pas fournir de nourriture, de soins médicaux ou de produits aux personnes, mais aider à des choses comme les négociations d'accès dans des situations où le personnel humanitaire doit être protégé des hommes armés et des bombes.

ONU Info : On a constaté au cours de cette période que les opérations humanitaires étaient de plus en plus critiquées dans des endroits comme la Syrie, le Yémen et le Soudan du Sud. Mais vous avez également été confronté à des obstacles d'accès, à des blocages bureaucratiques et à une incapacité pure et simple de faire votre travail parfois. Comment décririez-vous l’espace humanitaire pendant cette période ?

Mark Lowcock : Tous les pays du monde ont signé des lois qui les obligent à garantir que les personnes, les civils pris sans faute de leur part dans un conflit ou d'autres catastrophes, puissent obtenir de l'aide de manière impartiale et neutre, et les travailleurs humanitaires sont en première ligne.

Et vous avez raison, nous avons vu beaucoup trop de violations de ces lois auxquelles tout le monde avait souscrit : des violations à la fois par des États, par des pays, des membres de l'ONU, mais aussi des violations par des groupes armés non étatiques, des groupes terroristes extrémistes.

Il est clair qu'il existe un réel défi au respect des lois qui devraient protéger les travailleurs humanitaires contre le fait d'être pris, blessés, tués, enlevés, interrogés ou maltraités, lorsqu'ils font leur travail en atteignant des personnes innocentes.

Ce système est soumis à d'énormes pressions, et l'une des choses que j'ai passées beaucoup de temps à faire dans le cadre de mon travail au cours des quatre dernières années, notamment au cours de plus de 100 réunions au cours desquelles j'ai informé le Conseil de sécurité de ce qui se passait, a été d’essayer d’alerter. Et je pense que nous devons voir un ensemble de choses se produire pour maîtriser au mieux ce genre de défis.

Premièrement, nous devons rappeler à tout le monde pourquoi en premier lieu ils ont adhéré à ces lois de la guerre parce que les intérêts des États sont finalement mieux servis en se conformant aux lois, et aussi il y a un ensemble de valeurs et de normes humaines très, très importantes qui doit être souscrit.

Deuxièmement, je pense qu'il est vraiment important de signaler les violations lorsqu'elles se produisent. Cela peut être une chose assez frustrante et peu gratifiante à faire, comme je l'ai constaté lors de nombreuses réunions du Conseil de sécurité où j'ai soulevé des questions et je n'ai pas toujours eu l'impression qu'elles étaient traitées aussi bien qu'elles auraient pu l'être. Mais il est néanmoins très important de continuer à le faire.

Et troisièmement, je pense que nous devons développer une meilleure compréhension et de nouveaux outils pour faire face à certains des nouveaux groupes extrémistes. Il y a maintenant de nouveaux groupes qui n'adhèrent pas vraiment aux règles du jeu auxquelles tout le monde a souscrit au cours des décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, et nous devons trouver des moyens de résoudre ce problème.

C'est un sujet très compliqué et difficile, mais il faut développer des moyens plus efficaces de négocier l'accès et le consentement ; investir davantage dans la compréhension des motivations idéologiques, du comportement organisationnel, si vous préférez : la psychologie de ce qui se cache derrière certaines des décisions prises par ces groupes extrémistes ; et reconnaître également que parfois - et c'est une chose difficile pour les organisations humanitaires - ce qui est nécessaire est une réponse militaire à ces groupes.

Vous n'avez pas besoin de parler à de nombreuses personnes qui ont vécu sous l'EIIL en Iraq et en Syrie pour savoir à quel point cela a été une expérience terrible, et parfois la seule réponse qui va fonctionner est une réponse militaire. Mais il est vraiment crucial que cela soit fait d'une manière qui gagne les cœurs et les esprits et protège les intérêts des populations locales, et trop souvent cela ne s'est pas produit.

ONU Info : Lorsque nous avons commencé l'entretien, je vous avais demandé quels étaient les objectifs que vous espériez atteindre. Avez-vous l'impression de les avoir atteints ?

Mark Lowcock : Eh bien, comme je l'ai dit, j'espérais qu'il y aurait moins de besoins humanitaires dans le monde ; en fait, il y en a plus qu'il n'y en avait. Cela, à un certain niveau, n'est évidemment pas un indicateur positif. Ce qui est vraiment important de dire, cependant, c'est que nous avons évité les pires résultats dans certaines des grandes crises. J'ai été très inquiet pendant toute l'année dernière d'une énorme famine engloutissant et dévorant la vie et coûtant la vie à des millions de personnes au Yémen. Nous avons pu éviter cela jusqu'à présent.

De même, dans d'autres crises où de nombreuses vies sont menacées en raison de l'insécurité alimentaire : nord-est du Nigéria, Soudan du Sud, certaines parties du Sahel. Alors que je quitte mes fonctions, nous avons maintenant un énorme problème de famine dans le nord de l'Éthiopie. Il est encore temps d'éviter le pire, mais pas si les hommes armés de fusils et de bombes, et leurs maîtres politiques, ne parviennent pas à changer leur comportement. Nous devons donc continuer dans tous ces domaines.

Je pense que le système humanitaire a très bien résisté aux défis. J'ai une immense admiration, en particulier pour le courage, l'engagement, le professionnalisme et la créativité des travailleurs humanitaires de première ligne. Les choses seraient bien pires si ces personnes ne risquaient pas leur vie tous les jours pour aider les autres.

Je pense aussi que nous avons commencé à progresser dans l'innovation dans le système humanitaire : essayer d'agir plus tôt sur les problèmes lorsqu'ils surviennent ; essayer de mieux utiliser la technologie numérique pour obtenir de l'aide et du pouvoir d'achat aux personnes sans avoir à mettre en danger la vie de tant de travailleurs humanitaires.

Nous avons mieux identifié les groupes vulnérables, en particulier les femmes et les filles, en particulier les personnes handicapées, en particulier les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et psychosociaux, et de concevoir des réponses pour mieux répondre aux besoins de tous ces groupes vulnérables.

Donc, il y a toute une série de façons dont le système humanitaire s'améliore, mais cela ne fait vraiment qu'atténuer le fait que les besoins augmentent parce que les causes de ces besoins ne sont pas abordées. Et c’est vraiment la chose dont le monde a besoin pour trouver comment mieux gérer.

Mark Lowcock, chef de l'humanitaire de l'ONU, rencontre des réfugiés rohingyas au Bangladesh en avril 2019.
© UNHCR/Will Swanson
Mark Lowcock, chef de l'humanitaire de l'ONU, rencontre des réfugiés rohingyas au Bangladesh en avril 2019.

ONU Info : Avez-vous déjà regretté d'avoir accepté ce poste exigeant ?

Mark Lowcock : Le Secrétaire général m'a appelé en avril 2017 et m'a demandé si j'acceptais le poste. Je pense que si le Secrétaire général des Nations Unies vous appelle et vous demande cela, vous avez besoin d'une très bonne raison pour refuser !

J'ai admiré le travail de tous mes collègues. Je pense que sans ce que font les agences humanitaires, les choses seraient bien pires. En ce sens, c'est une chose professionnellement gratifiante à faire.

Je dois dire que j'ai eu beaucoup de chance avec mon patron. Un de mes meilleurs conseils aux jeunes collègues qui viennent parfois me demander quel est votre conseil en termes d'évolution de carrière ? Et l'un des meilleurs conseils est de choisir un très bon patron. Allez travailler pour quelqu'un que vous admirez vraiment.

Et j'ai eu une chance incroyable de travailler pour António Guterres. C'est un homme très, très brillant, et c'est une très, très bonne personne pour qui travailler en tant que manager. Il sait clairement ce qu'il veut. Il a un ensemble de valeurs très clair.

ONU Info : Y a-t-il un conseil particulier que vous donneriez à votre successeur ?

Mark Lowcock : Eh bien, mon successeur est heureusement une personne très expérimentée qui, je pense, en sait probablement beaucoup plus que moi sur le système humanitaire international, donc je ne pense pas vraiment qu'il ait besoin de mes conseils.

Il m'a posé beaucoup de questions sur ce qui se passe pour qu'il puisse se préparer à prendre le travail. Mais je sais qu'OCHA et le système humanitaire seront entre de très bonnes mains sous la direction de Martin en tant que nouveau Coordinateur.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.