Travailleurs migrants démunis à Beyrouth

De nombreux migrants au Liban ont perdu leur travail d'employés de maison.
Photo OIM/Muse Mohammed
De nombreux migrants au Liban ont perdu leur travail d'employés de maison.
Agnes, de Sierra Leone, devait travailler dans un magasin comme vendeuse, mais au lieu de cela on l'a emmenée travailler chez quelqu'un.
Photo OIM/Muse Mohammed
Au Liban, de nombreux migrants comme Faruk, du Bangladesh, ont perdu leur emploi avec la pandémie de Covid-19.
Photo OIM/Muse Mohammed
Le port de Beyrouth, au Liban, a été largement détruit par une double explosion le 4 août 2020.
Photo OIM/Muse Mohammed
Tsigereda, une Ethiopienne de 25 ans, est devenue une cheffe de file pour les migrants dans le pays qui souffrent d'exploitation et d'abus de la part de leurs employeurs.
Photo OIM/Muse Mohammed
Des tentes ont été fournies aux migrants à Beyrouth qui n'ont plus d'endroit pour vivre.
Photo OIM/Muse Mohammed
Une travailleuse migrante du Kenya reçoit un traitement médical fourni par l'OIM.
Photo OIM/Muse Mohammed
Des migrants sont en mesure de retourner dans leur pays avec le soutien d'organisations locales au Liban.
Photo OIM/Muse Mohammed