Déplacés au Burkina Faso : « Il faut aider les communautés d'accueil », insiste le HCR

21 février 2020

Des dizaines de burkinabés viennent tous les jours grossir les rangs des déplacés vivant dans les camps ou les communautés hôtes.

Au Burkina Faso, 765.000 personnes ont déjà été déplacées jusqu’à présent par les violences.

« Cette aide doit également s’adresser aux communautés d’accueil, qui sont souvent les premières à réagir alors qu’elles sont elles-mêmes démunies », a insisté Romain Desclous, porte-parole du HCR pour l’Afrique de l’ouest et du centre au micro d'ONU Info.

En 12 mois, ce sont plus de 700.000 personnes déplacées par l’insécurité. Et selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), La population déplacée s’est multipliée par 16 par rapport à janvier 2019.

L’Agence onusienne estime que 150.000 personnes ont fui au cours des trois dernières semaines seulement. Et depuis le 1er janvier, plus de 4.000 personnes en moyenne fuient quotidiennement leur foyer en raison des dernières attaques de « militants » contre les civils et les autorités locales.

Selon l’Agence de l’ONU pour les réfugiés, les personnes qui ont fui les violences font état d’attaques contre leurs villages menées par des groupes de militants ; de meurtres ; de viols et de pillages.

Terrifiés par ces attaques, les habitants abandonnent toutes leurs possessions derrière eux, avant de fuir en hâte vers des lieux plus sûrs.

Crédit audio:
Interview : Romain Desclous, porte-parole du HCR pour l’Afrique de l’ouest et du centre ; propos recueillis par Alpha Diallo.
Durée audio:
5'25"

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.